Accueil SÉCURITÉ

Haïti-Sécurité : Kidnapping contre les fils d’Eric Jean-Baptiste, la police nationale prend ses distances

607

Le Secrétaire Général du parti Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP), Eric Jean-Baptiste a dénoncé le dimanche 31 janvier 2021, une tentative de kidnapping à l’endroit de son fils. Sa thèse a été rejetée ce mercredi 3 février par la police nationale d’Haïti.

Le Facteur Haïti, le 3 février 2021._Présent à cette conférence de presse ce mercredi, le porte-parole de la Police nationale d’Haïti, l’Inspecteur Garry Desrosiers s’est prononcé sur le dossier de kidnapping dans lequel serait impliqué le fils de l’homme d’affaires, Éric Jean-Baptiste.

D’entrée de jeu, l’Inspecteur Garry Desrosiers rejette d’un revers de main les déclarations faites par Éric Jean-Baptiste laissant croire que son fils ainsi que trois autres personnes ont échapé bel à une tentative de kidnapping.

Selon l’inspecteur Garry Desrosiers, le fils de l’ancien candidat été l’objet d’un signalement de la part des policiers pour avoir été a bord d’un véhicule doté d’une plaque d’immatriculation comptenant un seul chiffre visible.

Haïti-Sécurité: La PNH dément la thèse de tentative de kidnapping contre ses fils
Éric Jean-Baptiste, Secrétaire général du RDNP

« Observées par la police, les quatre personnes qui s’y trouvaient à bord, s’accélèrent en vitesse, prétextant qu’elles ne voulaient pas avoir affaire avec des kidnappeurs », a déclaré le porte-parole par devant les micros et caméras de la presse.

De là étant, elles ont été toutes 4 poursuivies par des motocyclistes qui les comparent à des kidnappeurs, partant de la commune de Carrefour jusqu’au Sous-Commissariat de Thomassin 25, a fait savoir l’inspecteur de police.

Haïti-Kidnapping : La police dément la version des faits avancés par Éric Jean-Baptiste
Image prise le dimanche 31 janvier 2021, devant le Sous-Commissariat de Thomassin 25

Mettant un terme à ce sujet, Garry Desrosiers dit saluer l’intervention magistrale ainsi que des efforts consentis par des agents de la police nationale d’Haïti (PNH) afin que les quatres personnes n’aient été victimes.

Le Facteur Haïti (FH)