Accueil POLITIQUE

Médias : Jovenel Moïse met en danger la vie des travailleurs de la presse, s’indignent des journalistes Haïtiennes

593

Les réactions pleuvent de partout après la déclaration du président Jovenel Moïse le lundi 22 février 2021, au Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nation-Unies (ONU), s’attaquant aux journalistes haïtiens et haïtiennes. Après la dénonciation de l’Association des Journalistes Haïtiens (AJH), c’est autour de la Solidarité des Femmes Haïtiennes Journalistes (SOFEHJ) d’emboiter le pas.Selon cette structure, le Chef de l’État se désiste de son rôle de garant des libertés fondamentales et met en danger la vie des professionnels/professionnelles de la presse.

Le Facteur Haïti, le 23 février 2021._Participant le lundi 22 février 2021, à une rencontre au Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nation-Unies (ONU), le président haïtien Jovenel Moïse a déclaré que : « Souvent, des gangs se déguisent en manifestants et journalistes pour attaquer nos policiers en service ».

Cette déclaration ne laisse pas sans réaction la structure regroupant des journalistes femmes baptisée : « Solidarité des Femmes Haïtiennes Journalistes (SOFEHJ) ». En effet, cette entité se dit consternée et indignée par les déclarations faites par le chef de l’État.

Haïti-Insécurité :  Des voix s'élèvent pour condamner la déclaration du président Jovenel Moïse
Des membres de la Solidarité des Femmes Haïtiennes Journalistes / Crédit photo : Germina PIERRE-LOUIS

Selon les écrits de ces journalistes haïtiennes, en faisant cette déclaration à la face du monde, le président haïtien se désiste de son rôle de garant des libertés fondamentales et du même coup, met en danger la vie des professionnelles/professionnels de la presse.

« De tels propos témoignent d’une certaine irresponsabilité du chef de l’Etat qui légitimise la brutalité policière à l’encontre des journalistes et des manifestants », s’indignent-elles.

Scandalisée, la SOFEHJ dit protester énergiquement contre ces propos jugés graves qui banalisent les violences subies par les journalistes et qui s’attaquent ouvertement à la liberté de la presse et à la liberté d’expression, lit-on dans la note portant la signature de Martine Isaac, Coordonnatrice Générale de la structure.

Médias : Jovenel Moïse met en danger la vie des travailleurs de la presse, s'indignent des journalistes HaïtiennesFace à cette déclaration fracassante du président Jovenel Moïse, la Solidarité des Femmes Haïtiennes Journalistes lance un appel à la sérénité et invite toutes les travailleuses et tous les travailleurs de la presse à continuer à faire preuve de professionnalisme et à agir avec prudence en cette période de trouble.

 

Le Facteur Haïti (FH)