Accueil CRIMINALITÉ

Port-au-Prince : Marche pacifique des médecins contre l’insécurité 8 jours après la mort du Docteur Ernts Pady

498

Huit jours après la mort du Docteur Ernts Pady le dimanche 28 février 2021, à l’Avenue Christophe, suite à une tentative de kidnapping, des médecins ont marché le dimanche 7 mars en cours à Port-au-Prince. Par cette initiative, ils ont dénoncé la recrudescence du climat d’insécurité qui s’installe dans le pays, notamment dans la capitale haïtienne.

Le Facteur Haïti, le 7 mars 2021._Une nouvelle marche pacifique contre l’insécurite a été organisée ce dimanche à travers les rues de Port-au-Prince. Celle-ci a été l’œuvre des médecins qui se sont montrés choqués par le meurtre du Docteur Ernts Pady.

Le pédiatre a été tué par balles des individus armés non identifiés, devant sa polyclinique Lespinasse sise à l’Avenue Christophe, le dimanche 28 février dernier. Ce, suite à une tentative d’enlèvement.

Pour continuer de dénoncer ce phénomène qui ronge le pays, plusieurs milliers de citoyens et de citoyennes s’étaient descendus dans les rues. Brandissant des pencartes en main portant leurs revendications, ces professionnels de la santé ont marché pacifiquement à travers plusieurs coins et recoins de la Port-au-Prince.

Haïti-Insécurité : Des médecins étaient dans les rues de Port-au-Prince
Portrait du défunt Docteur Ernts Pady exposé à l’occasion de la marche du dimanche 7 mars 2021, à Port-au-Prince

« Il faut que cela cesse dans le pays.Nous avons besoin de la paix.Trop de victimes dans les rangs de la population.Il faut que les autorités gouvernementales haïtiennes assument leurs responsabilités afin de traquer les bandits pour les mettre hors d’état de nuire.C’en est trop », crie un médecin protestataire.

Partant du centre ville, ils ont mis le cap sur le carrefour de l’Aéroport à la conquête d’un autre groupe. En y arrivant, les participants ont buté sur plusieurs patrouilles policières leur contraignant ainsi de vider les lieux. Sans se faire prier, les manifestants se sont retirés en poursuivant leur mouvement jusqu’à atteindre les hauteurs de Delmas 60.

Là encore, ils ont été empêchés par la police à cause des dispositifs de sécurité placés sur la voie publique. Ce qui les pousse à rembrousser chemin. De là étant, la marche a ralié la route du Canapé-Vert en passant par Bourdon afin de mettre fin à cette journée.

« Il faut que ça change », a lancé au terme de la marche le Docteur Odilet Lespérance, un des initiataires de la marche.

Port-au-Prince : Marche pacifique des médecins contre l'insécurité 8 jours après la mort du Docteur Ernts Pady
Marchons ensemble pour la vie, ont scandé les protestataires

Cependant, des militants issus de plusieurs regroupements socio-politiques de l’opposition ont marché jusqu’au Champ-de-Mars. Ces derniers ne jurent que l’application de l’article 134-2 de la Constitution Haïtienne devant déboucher sur le départ du président Jovenel Moïse dont son mandat constitutionnel de 5 ans a pris fin le 7 février 2021, rappellent-ils.

Malgré la présence des agents de la police nationale d’Haïti dans les parages du Champ-de-Mars, il n’y avait pas d’affrontement. La présence des anciens Sénateurs Antonio Chéramy (Don Kato) et Moïse a été aussi remarquée dans la marche.

 

Le Facteur Haïti (FH)