Accueil INSÉCURITÉ

Haïti-Sécurité : « Non, le chef de gang numéro un des 400 mawozo n’est pas libéré » dément une source officielle du Parquet

862

Une source officielle du Parquet près le Tribunal de Première Instance de la Croix-des-Bouquets dément ce vendredi 23 Avril 2021, les informations laissant croire que « Yonyon ainsi connu », chef de gang numéro un des « 400 mawozo » a été libéré de la prison en échange de trois (3) des sept (7) religieux et deux (2) laïques qui étaient séquestrés par le gang armé pré-cité. « Yonyon était à la DCPJ mardi pour être auditionné. Il est au moment où je vous parle, au Pénitencier National », avoue notre source.

Le Facteur Haïti, le 23 Avril 2021._La libération hier jeudi de trois des neuf personnes qui ont été kidnappées puis séquestrées à Croix-des-Bouquets par le gang « 400 mawozo », a suscité de vagues réactions dans l’opinion publique. Selon certaines sources, leur libération est dûe à un échange de celle du chef de gang numéro 1,  « Yonyon ainsi connu », du groupe armé au plus haut cité, incarcéré au Pénitencier National.

Il s’agirait même pour d’autres, d’un « deal idillyque » entre l’État haïtien et ce groupe de gang amé qui a entraîné la démission du Juge d’Instruction au Tribunal de Première Instance de la Croix-des-Bouquets, Me Jean Joubert Michel.

Ces allégations ont été durement démenties par une source officielle du Parquet lors d’une interview exclusive accordée ce vendredi à la rédaction du journal « Le Facteur Haïti ».

« Je démens formellement les informations circulant dans les médias et sur les réseaux sociaux faisant croire que les otages ont été relachés par le gang « 400 mawozo » en échange de la libération du chef de gang numéro un de ce groupe, connu sous le nom de « Yonyon » qui est actuellement en prison.Ces diffamateurs ont même fait croire que la démission du Juge d’instruction au Tribunal de Première Instance de la Croix-des-Bouquets, Me Jean Joubert Michel est liée à cette affaire », a déclaré notre source.

Haïti-Kidnapping: La justice dément la libération de Yonyon

Pour faire taire ces allégations, la source autorisée se veut claire. « Yonyon a été déjà condamné à perpétuité en mai 2018 pour enlèvement, assassinat, vol à main armée et viol, entre autres. Donc, son dossier ne se trouve pas au Cabinet d’Instruction. Après l’évasion à la prison de la Croix-des-Bouquets, ce chef de gang, puissant qu’il est, a été transféré au Pénitencier National afin d’éviter qu’il n’initie pas à son tour, un pareil évènement au sein de ce centre carcéral, car, il reste en contact permanent avec le gang en question pour avoir eu en sa possession plusieurs téléphones portables », avoue la personne contactée.

Selon notre informateur, le Juge d’Instruction Jean Joubert Michel réside actuellement aux États-Unis d’Amérique. « Lors des élections législatives, il se portait candidat au Sénat pour le département de la Grand’Anse. De ce fait, il a été contraint de remettre sa démission trois mois d’avance aux autorités judiciaires haïtiennes pour valider sa candidature. Et, ça c’était mal passé pour lui car, il n’a pas remporté les élections. Après son échec, il a récemment réintégré l’appareil judiciaire par le biais du CSPJ, alors qu’il réside là-bas suite à une attaque armée orchestrée contre la résidence privée de sa femme à Delmas.Cependant, sa famille ne veut pas qu’il retourne au pays tenant compte de la réalité socio-politique actuelle. Face au refus de la famille, il a remis sa démission au Président du CSPJ.Voilà la finalité de la lettre de démission en circulation sur les réseaux sociaux », a clarifié cette source bien informée.

Et, d’où viennent les rumeurs relatives à ce scandale? « L’information c’est que mardi dernier soit le 21 Avril 2021, aux ordres du Commissaire du Gouvernement de Port-au-Prince, Me Bed -Ford Claude, « Yonyon ainsi connu » a été emmené à la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) pour être auditionné.Cette séance d’audition était relative aux faits qui lui sont reprochés, mais pas pour le libérer comme monnaie de change aux otages », a conclu notre source officielle.

Le Facteur Haïti (FH)