Accueil POLITIQUE

Haïti-Insécurité : Le président Jovenel Moïse attribue le kidnapping à la politique

461

Dépassé par la situation sécuritaire actuelle d’Haïti et incapable de résoudre la crise, le président Jovenel Moïse a déclaré le samedi 1er mai 2021, que « 80% des cas kinapping enregistrés dans le pays sont des actes politiques ». Il a fait cette fracassante révélation lors de la cérémonie inaugurale du barrage hydroélectrique de Marion, situé dans la Commune de Grand-Bassin, département du Nord’Est du pays.

Le Facteur Haïti, le 1er mai 2021._Président de son État, Jovenel Moïse s’est prononcé ce samedi, lors de la cérémonie inaugurale du central hydroélectrique de Marion, sur le climat d’insécurité grandissant qui secoue le pays.

Selon le chef de l’État, 80% des cas de kidnapping recensés en Haïti sont des actes politiques, a t-il précisé aux micros et caméras de la presse.

Malgré son impuissance face aux assauts répétés des gangs armés qui terrorisent la population, le locataire contesté du Palais National promet de tout mettre en œuvre afin de mettre la main au collet des « patrons » du kidnapping. Il les prévient de ne pas crier ô scandale comme s’il s’agira de persécutions politiques.

Haïti-Insécurité : Le président Jovenel Moïse attribue le kidnapping à la politique

Le premier mandataire de la Nation, lors de cette sortie médiatique, s’en est pris aussi au président de la Commission Nationale de Désarmement, Démentelement et de Réinsertion (CNDDR), Jean Ribel Dorcénat. À en croire le président, M. Dorcénat ne lui confie pas toutes les informations dont il dispose sur l’origine du climat d’insécurité actuelle.

Cependant, quelques mois avant cette dénonciation de Jovenel Moïse, Jean Ribel Dorcénat avait ouvertement déclaré qu’une dizaine de familles s’illustrent dans le trafic illicite d’armes et de munitions dans le pays.On se le rappelle!

Haïti-Insécurité : Le président Jovenel Moïse attribue le kidnapping à la politique

Entre temps, une vingtaine de personnes ont été enlevées durant le mois d’avril parmi lesquelles une délégation composée de sept religieux catholiques dont deux ressortissants français et trois laïques. Leur libération ont eu lieu contre rançon et aux compte-gouttes après trois semaines de séquestration.

Le Facteur Haïti (FH)