Accueil ACTUALITÉS

Haïti-Tension à Cap-Haïtien : Le cortège du Directeur Général a.i de la PNH attaqué une 2ème fois, des journalistes agressés

458

Une nouvelle journée de tension a vu le jour ce jeudi 22 juillet 2021, au Cap-Haïtien, dans le département du Nord d’Haïti. Au cours de cette situation de panique,des barricades et pneus enflammés y ont été érigés, le cortège du Directeur Général a.i de la Police Nationale d’Haïti, Léon Charles attaqué pour une deuxième fois, des journalistes et un ambassadeur accrédité en Haïti agressés.Tout s’est déroulé tout de suite après une messe de requiem en mémoire du Président Jovenel Moïse, assassiné.

Le Facteur Haïti, le 22 juillet 2021._Les funérailles nationales du Président Jovenel Moïse prévues pour ce vendredi 23 juillet 2021, au Cap-Haïtien sont dans l’impasse! Ce jeudi, de vagues de mouvements de protestation avaient été constatées à travers plusieurs coins et recoins de la Cité Christophienne.

À l’entrée de la ville, des barricades et pneus enflammés ont été dressés sur plusieurs artères.Les personnes qui revendiquent ce mouvement réclament justice pour le Président Jovenel Moïse assassiné par un commando armé, dans la soirée du 6 au 7 juillet 2021, en sa résidence privée sise à Pèlerin 5.

En conséquence, le cortège du Directeur Général a.i de la police nationale Haïti, Léon Charles a été attaqué pour une deuxième fois par les protestaires.Très violents, les Capois accusent le Commandant en chef de l’institution policière d’être l’un des présumés assassins du Chef de l’État.Tout s’est passé à la fin d’une messe de requiem chantée à la cathédrale de la ville, en mémoire du feu Président.

Portant des T-Shirts blancs à l’effigie de Jovenel Moïse, ces protestataires Capois brandissent des pancartes sur lesquelles s’inscrivent des messages de dénonciation contre ce crime.

Hormis le cortège du Directeur Général a.i de la PNH, des journalistes qui de Port-de-Prince ont été agressés, alors qu’ils partent à la couverture des funérailles du défunt Président.Intimidés, certains parmi eux ont dû rebrousser chemin, craignant pour leur vie exposée au danger.

Présent dans la deuxième ville du pays pour assister aux obsèques, même l’Ambassadeur du Canada en Haïti M. Stuart Savage n’a pas été épargné.Dans le pétrin, il a quitté l’hôtel d’hébergement pour se rendre au salon diplomatique de la Cité Christophienne afin de sauver sa peau.

Pour calmer les nerfs, il a fallu l’intervention magistrale des forces de l’ordre faisant usage de tirs nourris pour chasser la foule.Jusqu’à 7 heures du soir, une peur bleue plane sur la ville du fait plusieurs groupes d’individus menacent de hausser le ton contre l’organisation desdites funérailles. Ajouter à cela, la quasi totalité de la ville se trouve dans le « blakout ».

Le Facteur Haïti (FH)