Accueil ACTUALITÉS

Funérailles du Président Jovenel Moïse : Tirs nourris, pneus enflammés, scène de pillage et gaz lacrymogènes à Cap-Haïtien

560

De fortes détonations d’armes de hauts calibres sont entendues dans la ville du Cap-Haïtien, plus précisement à Madeline, non loin des lieux où se sont déroulées les funérailles du Président Jovenel Moïse. Des barricades et pneus enflammés sont aussi érigés.Certains officiels ont dû quitter l’espace, alors que d’autres y restent fugés, confirme le journaliste Guyno Duverné.

Le Facteur Haïti, le 23 juillet 2021._Une situation de panique règne actuellement (1h17  PM) à Madeline, au Cap-Haïtien, notamment dans les parages du site où ont été chantées les obsèques du chef de l’État.

Au terme des funérailles, des tirs nourris d’armes de hauts calibres y sont entendus, rapporte le journaliste Guyno Duverné depuis la Ville du Cap-Haïti à la rédaction de l’argence.

Haïti-Tension à Cap-Haïtien
La veuve Martine Moïse s’adresse à son défunt mari Jovenel Moïse/ Crédit photo: Ticket Magazine

Entre temps, des membres de la population dénoncent l’assassinat du Président Jovenel Moïse.Ces derniers accusent certaines personnalités dont le Directeur Général a.i de la Police Nationale d’Haïti, Léon Charles et l’ancien Premier Ministre Claude Joseph d’être des présumés assassins du Chef de l’État.

Pendant cette démonstration, des entreprises commerciales ont été attaquées et même pillées, avons-nous appris. Les forces de l’ordre font usage de gaz lacrymogènes pour disperser les protestataires

Situation de tension à Cap-Haïtien à la fin des funérailles nationales du Président Jovenel Moïse

En conséquence à ce vent de panique, plusieurs officiels ont été contraints de vider les lieux sur la pointe des pieds, alors que d’autres restent fugés à l’intérieur de l’espace malgré la sortie du cercueil recouvrant la dépouille mortelle du chef de l’État.

Au moment de la rédaction de ces lignes 1h17 PM, des officiers des Forces armés d’Haïti ( FADH) se dirigent vers SOS Village où l’on va enterrer le président.

Le Facteur Haïti (FH)