Accueil EDUCATION

Haïti : 6 mois après l’arrivée de la Coordonatrice Générale Djina Delatour, le PNCS fait peau neuve

481

La coordonatrice générale du Programme National de Cantine Scolaire (PNCS), Djina Guillet Delatour, veut combler un grand vide dans l’institution qu’elle dirige depuis février dernier en la dotant d’un cadre légal, une loi organique, pour son fonctionnement.

Le Facteur Haïti, le 6 Août 2021._La nordouésienne s’énorgueillit de ses six mois de gestion à la tête du Programme National de Cantine Scolaire et affirme qu’elle continuera à installer au sein de cette institution publique une nouvelle dynamique.

Peu avant février 2021, selon madame Delatour, seuls deux départements du pays ont été touchés par les services du Programme National de Cantine Scolaire, le Nord-est et l’Ouest.

La jeune et nouvelle coordonatrice générale du PNCS, chiffres à l’appui, démontre que durant seulement 5 mois, le programme a atteint les 10 départements du pays.

En somme, environ 302 institutions pour 88,704 bénéficiaires ont pu avoir accès à une ration du programme et 12 bureaux sont devenus opérationnels. Ce résultat, avance madame Delatour, est le fruit d’énormes sacrifices consentis par son équipe.

Djina Guillet Délatour estime qu’elle n’est pas sortie de nulle part et a été formée pour imprimer sa marque, partout où elle passe. Infirmière, spécialiste en santé communautaire, elle est également détentrice de certifications en Gestion et management de projet, en Communication pour le changement de comportement et en Marketing social (Université d’été de Besançon/Franche-Comté en France).

Elle rappelle qu’elle n’est pas à son coup d’essai et déclare avoir a à son actif un passé riche d’expériences, en dépit de sa jeunesse.

Elle se présente comme formatrice de formateurs en alimentation du Nourrisson et du jeune enfant (ANJE), Planificatrice d’événements à Secret des femmes. La native du Nord’Ouest traine derrière elle plus de 15 ans d’expérience en Santé communautaire, la gestion de projet, la Communication pour le changement de comportement, le marketing, la nutrition, la contraception etc.

Elle s’estime heureuse d’avoir pris les rênes du PNCS, puisqu’elle a l’habitude de se mettre sans réchigner à la disposition des projets à portée communautaire.

Djina Guillet Delatour, Coordonnatrice Générale du PNCS

MadameDelatour explique que sous son administration, le PNCS est passé d’une distribution sporadique à une méthode contrôlée sur mesure. Elle se lamente par contre du manque de bras. À titre d’exemple, pour le département du Nord’Ouest qui comprend près de 10 communes, seulement 3 employés ont été sur la balle. C’est quasiment impossible de rendre effective la distribution dans 10 communes, explique-t-elle.

Pour pallier à ce vide organisationnel, la responsable a dû élaborer un organigramme pour le nombre de fonctionnaires souhaité pour chaque zone du pays. Cet effort a permis d’établir une structure basique afin de lancer la distribution dans les écoles.

Au passage, Mme Delatour se décerne un satisfecit pour avoir atteint les écoles des Iles Cayimites. Car, selon ses dires, malgré les 20 ans d’existence du PNCS, cette zone n’a jamais été touchée par les services du programme.

Pour la nouvelle année académique, la Coordonnatrice nourrit l’ambition de réaliser un mapping, une sorte d’inventaire pour toutes les écoles nécessiteuses de cantines et aussi, canaliser le programme, rencontrer les écoles, signer des protocoles, reviser des politiques, entre autres.

Toutefois, madame Delatour et son équipe ont signalé un frein ou une entrave à ces ambitions, l’insécurité.

Junior Luc