Accueil DROITS HUMAINS

Haïti-Séisme : Une organisation de droits humains dénonce la centralisation et la concentration de l’aide destinée aux victimes

73

L’action humanitaire et de défense des droits humains dit constater que jusqu’en ce jour , aucun effort n’a été déployé par les responsables pour toucher les personnes victimes du sésisme du 14 Août, notamment dans les sections éloignées des grandes villes.Pourtant, elles sont les plus nécessiteuses, considérant l’absence d’infrastructures de toutes sortes et surtout celle de l’État dans ces contrées.En effet, dans une note cette entité dénonce la centralisation en la concentration de l’aide envoyée au profit des sinistrés

Le Facteut Haïti, le 31 Août 2021._Selon les responsables de l’action humanitaire et de défense des droits humains, l’aide destinée aux victimes du séisme du 14 Août qui a fait plus d’un millier de morts, est concentrée et centralisée. Dans un communiqué, ils fustigent du fait que les autorités laissent aux oubliettes les compatriotes qui se trouvent dans les coins et recoins du département des Nippes, du Sud et de la Grand ‘Anse qui ne peuvent plus tenir tête à la faim, le froid et la douleur des blessures contractées, entre autres, lors du passage du séisme.

À travers ledit communiqué signé du président exécitif, James Méralus, l’organisation informe que les agents de l’action humanitaire et défense des droits humains déployés dans le Grand Sud dénombrent plusieurs sections communales dans les départements des Nippes, du Sud et de la Grand’Anse qui n’ont même pas reçu une visite depuis le passage du séisme, voire l’aide de l’État et/ou des organisations non gouvernementales qui sont parties prenantes dans la distribution de l’aide.

Aussi, l’AHDDH tient à préciser que dans les localités comme : « Deksya, Pemel , Trouya , Labòd, latibolière, 4ème section communale de Jérémie, Jera et Mesan » pour ne citer que celles-là sont aussi sévèrement touchées.Et par conséquent, ces compatriotes sont en train de cohabiter avec les animaux de toute espèce tout en supportant avec courage les blessures et la pluie qui comme très souvent s’invite elle-même puisque toutes les infrastructures telles que : école primaire, église, hôpital, école professionnelle, centre professionnel qui pourraient servir d’abris provisoires sont partiellement ou totalement détruites.

Une maison endommagée dans le Grand Sud lors du séisme du séisme 14 Août 2021

L’AHDDH dit estimer que ces manquements relèvent de l’irresponsabilité du gouvernement qui à travers une structure de coordination et de liaison efficace et efficiente devrait s’assurer que l’aide touche toutes les personnes affectées quel que soit l’endroit où elle trouve dans le Grand Sud. Aussi, il considère que les droits de ces citoyens sont doublement violés que par l’absence des biens et services de l’État dans ces communautés ou par la non-assistance à ces populations en grand danger après le passage du violent séisme du 14 août 2021.

En effet, l’AHDDH dit aussi dénoncer avec la plus grande fermeté la concentration et la centralisation de l’aide destinée aux victimes du séisme et demande au gouvernement d’adopter toutes les mesures nécessaires pour s’assurer que l’aide arrive jusqu’au dernier citoyen victime dans le dernier coin du Grand Sud.

Par la même occasion, l’AHDDH salue la vigilance de la Police Nationale d’Haïti dans la sécurisation des convois d’aide humanitaires vers les départements affectés, malgré les embûches de toutes sortes qu’elle a dû faire face, et l’exhorte à faire preuve de ce même professionnalisme lors de la livraison prochaine de l’aide vers les sections éloignées des zones urbaines et sensibles du Grand Sud.

Pour finir, l’action humanitaire et de défense des droits humains réitère sa ferme volonté de continuer à lutter aux côtés des citoyens haïtiens pour le respect de leurs droits inaliénables et de leur libertés fondamentales.

Le Facteur Haïti (LFH)