Accueil ELECTIONS

Haïti-Élections : Révoqués, les ex-conseillers électoraux entrent en rébellion

126

Le Premier Ministre Ariel Henry a pris le lundi 27 Septembre 2021, un arrêté à travers lequel il a décidé de révoquer tous les anciens membres du Conseil Électoral Provisoire (CEP), nommés par l’ancien président Jovenel Moïse.En réaction, ils qualifient « d’illégale » et « dilatoire » la décision prise par le Chef du Gouvernement, arguant que celle-ci ne les concerne pas.

Le Facteur Haïti, le 28 Septembre 2021._Au lendemain de la publication de l’arrêté pris par le Premier Ministre Ariel Henry qui les révoquent de leur poste, les anciens membres du Conseil Électoral Provisoire (CEP) réagissent.

Ces derniers, nommés en septembre 2020 par Jovenel Moïse, qualifient « d’illégale » l’action posée par le Premier Ministre. Dans un communiqué de presse publié ce mardi, ils ont informé le public en général et la presse en particulier que « le prétendu arrêté » pris par le Sieur Ariel Henry, Premier Ministre par intérim, ne les concerne pas puisqu’au regard de la loi, Il est en violation aux arrêtés du 14 septembre 2020 et du 5 juillet 2021.

Entrés en rébellion contre la décision du Premier ministre, les ex-Conseillers Électoraux ont fait remarqué que l’arrêté du 14 septembre 2020 qui les nomait est un « arrêté présidentiel ».Il doit être par conséquent, révoqué par un autre de la même sorte, ont-ils souligné dans ledit communiqué.

Haïti-Référendum : Le CEP avance à grand pas
Guirlande Mésadieu, Présidente du Conseil Électoral Provisoire ( C.E.P) et consorts/ Crédit photo : Site officiel du C.E.P

Pour recadrer le Premier Ministre, les ex-conseillers lui rappellent que l’arrêté du 5 juillet 2021 qui l’a nommé Premier Ministre par intérim, lui fait injonction d’accompagner le Conseil Électoral Provisoire dans l’accomplissement du processus électoral, peut-on en lire.

Fort de ces rappels en série, les Conseillers révoqués rejettent l’arrêté pris par le Premier ministre qui selon leurs écrits, n’a rien à voir avec la loi.En revanche, ces derniers disent entendre saisir dans le meilleur délai, les instances judiciaires et administratives pour demander d’annuler cette décision jugée « dilatoire ».

Aussi faut-il rappeler dès leur prise de fonction jusqu’à leur révocation, les membres du CEP n’avaient jamais prêté serment.

Le Facteur Haïti (LFH)