Accueil ACTUALITÉS

Haïti-Migration : Déportation des femmes haïtiennes enceintes en quête de soins de santé dans des hôpitaux en République Dominicaine

135

Les autorités migratoires dominicaines ont déporté la semaine écoulée, plusieurs dizaines de femmes haïtiennes en quête de soins de santé dans des hôpitaux du pays.En l’espace de deux jours, soit du mardi 9 au mercredi 10 novembre 2021, pas moins 53 femmes portant un bébé, ont été refoulées à Belladères, dans le Plateau Central, selon le groupe d’Appui aux Rapatriés et aux Réfugiés (GARR).

Le Facteur Haïti, le 13 Novembre 2021._Plusieurs dizaines de femmes haïtiennes enceintes font face à une situation difficile dans des hôpitaux de la République Dominicaine, selon Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR).

Cela survient suite au conflit diplômatique entre les gouvernements des deux pays de l’Île, poussant ainsi le Président Luis Abinader à adopter des mesures visant à empêcher ces femmes haïtiennes au pays à y donner naissance à leurs enfants.

En deux jours, soit du 9 au 10 novembre, un total de 53 d’entre elles ont été chassées des hôpitaux dominicains puis expulsées du pays alors que quelques unes sont à la dernière phase de leur grossesse, a dénoncé le Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR).

Haïti-Migration : Déportation des femmes haïtiennes enceintes en quête de soins de santé dans des hôpitaux en République Dominicaine

Du haut des 53 femmes refoulées, l’une d’elles qui avait subi une césarienne lors de l’accouchement, a été contrainte d’abandonner son bébé dans un hôpital du pays sous la pression intense des inspecteurs de la Direction générale des migrations (DGM) se trouvant à proximité des hôpitaux, se désole le GARR, précisant que par ailleurs, la mère a dû rallier la République Dominicaine afin de rejoindre le nouveau-né.

De son côté, le Comité des droits humains de Belladères a révélé que certaines femmes ont été victimes d’harcèlement de la part des autorités migratoires dominicaines lors de leur expulsion.

En revanche, ces organismes de défense des droits humains se disent sidérés du fait que cette « chasse » aux femmes enceintes se fait en violation de l’accord signé entre Haïti et la République Dominicaine.

Le Facteur Haïti (LFH)