Accueil INSÉCURITÉ

Haïti-Presse : Objet de menaces de mort, le journaliste Rosny Petit fuit le pays

497

Rosny Petit, journaliste à Radio Massacre, émettant depuis Ouanaminthe, Commune du département du Nord’Est, a tourné le dos à Haïti.Le Correspondant de Radio vision 2000  Port-au-Prince a pris cette décision après avoir été l’objet de multiples menaces de mort et des tentatives d’assassinat, a-t-il confié à la rédaction de l’agence de presse en ligne LE FACTEUR HAÏTI.

Le Facteur Haïti, le 22 novembre 2021._ Joint au téléphone par la rédaction de l’agence, le journaliste Rosny Petit avoue être l’objet de menaces de mort, de tentatives d’assassinat. Le correspondant de Radio vision 2000, à Port-au-Prince, et Directeur administratif de Radio Massacre, à Ouanaminthe confirme qu’il a été persécuté pour sa conviction et son opinion politique.

En effet, craignant pour sa vie, il a été forcé à quitter le pays pour s’installer ailleurs. « Je n’ai pas d’autre choix, car, si je ne pars pas, on m’assassinera tôt ou tard, alors que je m’étais mis au service de mon pays où il est extrêmement difficile de pratiquer « le journalisme d’opinion ». Et ce, en raison du fait de l’incomprehension politique inouïe qui caractérise le fonctionnement de notre système politique », regrette t-il.

Rosny Petit n’est pas le seul à être victime de cette pratique qui bouleverse la vie des journalistes de cette région du pays et les empêche de remplir convenablement leur mission, a en croire ses dires.

Haïti-Presse : Objet de menaces de mort, le journaliste Rosny Petit fuit le pays

Journaliste depuis plus de vingt ans, il a débuté à Radio Télé Venus pour ensuite, intégrer le staff de la Radio Méga, dans la deuxième Ville du pays (Cap-Haitien) en 2000, avant de retrouver l’équipe de la Radio Massacre en 2006.

Aussi faut-il souligner qu’hormis la profession de journaliste, Rosny est également avocat stagiaire au Barreau de Fort-Liberté, dans le Nord-est d’Haïti.Poste qu’il est obligé d’abandonner pour sauver sa peau.

Il rejoint d’autres journalistes haïtiens tels que Dieu-Nalio Chéry et Éloge Milfort, entre autres, qui récemment, ont quitté le pays pour les mêmes causes évoquées

 

Le Facteur Haïti (LFH)