Accueil ACTUALITÉS

Assassinat de policiers : Le CNSCA condamne les exactions des bandits et pointe du doigt les autorités de l’État

Domingue Orgella, chef de file du CNSCA

Le Conseil National de la Societé Civile Haitienne(CNSCA) dit constater avec indignation la vague d’assassinats perpétrés par des bandits sans foi ni loi à l’encontre des agents de la Police Nationale d’Haiti (PNH).
Le Vendredi 20 janvier 2023, 4 policiers sont tombés sous les balles assassines de bandits lourdement armés dans la zone de Metivier, Commune de Pétion Ville. Moins d’une semaine avant, cette même engeance a attaqué un véhicule de patrouille de la PNH au centre-ville de Port-au-Prince ou plusieurs policiers ont été gravement blessés et l’un d’entre eux kidnappé et porté disparu. Jusqu’à présent nul ne sait ce qu’il est advenu ce policier.

LE FACTEUR HAÏTI, le 28 Janvier 2023._Les bandits terroristes sont encore parti avec le véhicule de la PNH. Le même jeudi de cette semaine, une fois de plus, 6 policiers sont tombés sous les balles des gangs à « Liancour » commune du département de l’Artibonite .
Le Conseil National de la Societé Civile Haitienne (CNSCA) condamne fermement ces assassinats en série et demande aux autorités concernées : Le Conseil Superieur de la Police Nationale, (CSPN) l’ensemble des autorités de (L’Etat haitien), les pays qui se réclamant « les amis d’Haiti »et à la Société haitienne en général de faire face à leur responsabilité pour que ce qui s’est passé ses derniers jours ne se renouvelle plus jamais dans notre histoire de peuple.

Il est inacceptable !! que la plupart des opérations de la PNH se solvent par un échec presqu’à chaque fois, avec des victimes du côté des policiers. Inaceptable que les bandits mettent la police en déroute a tout les coups. Inacceptable !! que nos jeunes agents soient sacrifiés en voulant servir leur pays.Le Conseil National de la Societé Civile Haitienne (CNSCA) pointe du doigt et accuse les autorités de l’Etat haitien qui n’ont jamais donné l’ordre formelle d’attaquer les bandits.Ou donc est le problème ?, Est-ce effectivement un manque de moyens financiers ou est-ce un problème politique ? Les véritables raisons qui font qu’il ny a jamais eu de décisions fermes prisent afin de chasser cette insécurité généralisée ou est-ce la volonté qui manque ? Il est inacceptable !! que nous assistions à l’odieux assassinat de ces jeunes femmes et hommes, ces enfants du peuple qui ont decidé de servir leur pays, ces jeunes qui meurent dans des conditions horribles et tragiques pendant que les autorités froidement et cyniquement laissent faire.Il est inacceptable !! que les bandits gagnent chaque jour du terrain, que le sang des policiers et civils continue de couler, que le kidnapping soit devenu fait divers, que le viol et l’assassinat de femmes soient fait courant et que pas une fois les responsables de l’Etat aient levé le petit doigt pour dire : « C’en est assez !! »
Le Conseil National de la Societé Civile Haitienne (CNSCA) dit qu’il est plus que temps que ce problème soit sérieusement et définitivement confronté pour que ce massacre cesse. Est-ce vraiment par manque de moyens ou réellement pour des causes non avouées d’intérets politiques d’un petit groupe d’un secteur de la société haitienne ?.La pagaille et les cadavres auraient dû être semés dans le camp des bandits et non dans celui de la PNH. Il faut qu’un exemple soit tracé une fois pour toute !!

Le Conseil National de la Societé Civile Haitienne (CNSCA) pense qu’il est essentiel que les opérations menées par la PNH soient mieux planifiées. Peut-on en toute conscience mettre face a face quelques policiers et un gang de plus de 500 personnes ?.Le Conseil National de la Societé Civile Haitienne (CNSCA) présente ses sympathies aux familles des victimes, demande aux agents de la PNH d’être vigilants dans le cadre des opérations menées et au Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN) de réagir rapidement afin de corriger ces dérives. Le pays tout entier attend un recadrage rapide de ses agissements .
Il est vrai que la situation est difficile, mais là ou il y a la volonté on trouve toujours une solution. Beaucoup peut être fait afin de déloger les foyers gangrénés de gangs . Nos policiers ne devraient pas continuer a mourir ineluctablement dans de mauvaises conditions. Il faut que la Police Nationale d’Haiti trace un exemple spectaculaire sur ces semeurs de terreur que sont les bandits

Joseph Domingue ORGELLA
Coordonnateur National
du Conseil National de la Société Civile haitienne (CNSCA).

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)