Accueil ACTUALITÉS

Cap-Haïtien : Discours de Djina Gillet Delatour en tant que marraine de la promotion « Leon Walras 2019-2023 » de FD-SEG

LE FACTEUR HAÏTI, le 9 juin 2024._Marraine de promotion en Sciences économiques, Leon Walras 2019-2023 de FD-SEG, du Cap-Haitien, Djina Guillet Delatour, dans un discours, s’est adressée à ses filleuls. Du coup, elle a été honorée par la Direction du FD-SEG.

VOICI LE DISCOURS

Messieurs le Doyen M. Jusner Nelson
Messsieurs les vices Doyens respectivement M. Gosner Paul et Fénélon Philomé
Mesdames, Messieurs les membres du décanat
Mesdames, Messieurs du corps professoral
Monsieur le Parrain Me Janvier Ketlin
Mesdames Messieurs en vos rang, grade et qualité
Chers parents, amis et invités
Mesdames, messieurs de la presse parlée, télévisée, écrite et en ligne
Chères filleuls(es)

Mesdames, Messieurs,
Hier en étant au salon du bien-être DGD pour une profonde méditation dans le but de trouver de l’inspiration pour vous parler aujourd’hui, je réfléchissais aux cinq (5) éléments suivants : La confiance en soi, l’amour pour sa communauté, la redevance envers sa communauté, le travail acharné et la persévérance.
J’effectue cet exercice dans le souci de trouver quelque chose de nouveau et rassurante à vous dire, parce que je considère légions, tout ce qu’on a déjà dit avant moi et surtout en ces temps difficiles.
Ce n’est pas un exercice facile en ce moment d’être parmi ceux qui attendent un message d’espoir. Courage à tous ceux et toutes celles qui font partie de ce lot ! Parce que la tâche est difficile.
Avant d’aller plus loin, je tiens à féliciter le décanat qui a pu tout mettre en œuvre pour donner ce résultat aujourd’hui. Vous et moi, sommes en train de contempler cette gloire concrète et généralement, nous admirons et profitons des résultats sans penser aux sacrifies. Je tiens à vous rappeler en ce jour que les bâtisseurs de l’avenir sont encore là, merci de penser à eux. Chapeau à vous chers responsables. C’est comme ce discours que je vous lis en 10 mn, mais qui a consommé plusieurs heures de mon emploi du temps.
Juste avant de passer aux cinq éléments que nous allons voir rapidement, je demande à tout le monde ici présent d’applaudir nos valeureux parents qui sont présents dans la salle. Merci à vous ! Je vous dis merci au nom de tous les Haïtiens en souffrance dans ce pays en plein chaos, parce que vous croyez encore en l’éducation et en l’avenir malgré ces moments obscur que nous vivions tous. C’est une note positive et de réconfort.
Chers filleuls en sciences économiques de la promotion 2019-2023, Leon Walras , je me sens vraiment flattée de vous accompagner en ce grand jour si important.

Revenons à nos 5 points :
1-La confiance en soi,
Qui est une perception de soi-même, elle nous aide à faire des choix réalistes. Le mot choix est le point central qui m’a amené à parler de confiance en soi aujourd’hui. Selon les constats liés à l’évaluation de la situation en Haïti actuellement. Si vous n’aviez pas choisi de rester vivre au Cap-Haitien, vous ne seriez pas des récipiendaires à Port-au-Prince en ce moment. Donc, le choix détermine l’orientation de votre vie. « Se pou sa m vle di nou jodi a. Chwa nou fè a, kwè nan li epi nap avanse ». C’est la confiance en votre capacité pour ne pas dire de soi qui vous ouvrira toutes les grandes portes du monde entier. En passant, je tiens à dire aux départements qui vivent dans la paix en ce moment comme le Nord « Retenez ferme ce que vous avez, afin que personne ne vous l’arrache. » « Paske lapè pa achte nan mache »
2- L’amour pour sa communauté:
l’amour pour sa communauté, part de l’amour pour soi et ses proches. De ce fait, quand tu as un cœur aimant, tu ne seras jamais mélangé à la haine, parce que votre cœur est indivisible. Ne vous laisser pas tromper par des gens qui disent partage l’amour et la haine en même temps. On peut aimer, en même temps, on chatie. Mais on ne peut pas semer la haine et l’amour par la même occasion. « Sa ki gen zorèy pou tande, tande »
3-La redevance envers sa communauté,
Vous devez prendre conscience que vous êtes redevable envers votre communauté, parce qu’il y pas d’homme sans territoire. Vous n’existez pas sans votre origine. De ce fait, vous devez restés attachés à votre communauté. C’est cet attachement qui va vous booster pour participer de façon désintéressée dans la vie de votre communauté. Nous sommes arrivés à un stade dans notre vie en Haïti, ou nous nous demandons presque tous. Y’a-t-il pas une erreur dans notre formulation en tant qu’être humain. Donc, la moisson est dense à vous de commencer à créer le nouvel être humain Haïtien en vous. « Ke sila yo ki konprann tou konprann epi lonje lamen bay lòt ki poko konprann anyen, paske wout la pap fasil.» Sa ki pa vle konprann, avanse san yo, ya va jwenn nou pi devan. »

4-Le travail acharné:
Quand je parle de travail, il n’est pas question de trouver un boulot chez Monsieur X ou Madame Y en pensant que vous alliez garantir votre sécurité alimentaire ou autre. L’homme ne vit pas de pain seulement. La vie de l’etre humain est plus profonde que tout cela. Je ne suis pas ici pour vous apprendre les notions que vous connaissiez déjà, mais pour vous rappeler que le travail acharné va vous emmener vers le succès. Il dépend de l’investissement que vous allez faire en vous pour vous garantir un meilleur avenir. Investir ! Investir ! Investir ! « Nou tout ki pral simen, pral gen pou nou rekolte. » « Ou pap ka rekolte sa w pa simen.» La vi tèlman gen rèv, si wa l eseye rekolte sa w pa simen lap gen gro konsekans. Se prensip lavi !
5- La persévérance / La consistance:
la persévérance est le fait de continuer à agir, malgré les obstacles. La vie est remplie d’obstacles, c’est ce qui va vous aider à former votre caractère et à affronter l’avenir. L’avenir est un terrain inconnu, mais il peut être préparé et cette préparation dépend de tout ce que vous aviez vécu. Aujourd’hui, nous faisons face à d’énormes faiblesses: structurelle, organisationnelle, politique ect.. dans le pays; le problème est très complexe, je n’en disconviens pas, mais je vous assure que la solution est disponible et elle est en chacun de nous. Nous devons juste prendre conscience de nos valeurs, de bien nous estimer, d’aimer notre communauté de faire la redevance, de continuer à travailler tout en restant consistant.
Nous sommes à une phase o où démographiquement, nous sommes très privilégiés d’avoir près de 60 % de jeunes dans notre population. Nous devons prendre conscience de cette mine précieuse que nous avons entre nos mains.
Nous devons nous mettre d’accord sur le fait que nous sommes ensemble et la solution est en, non en personne d’autre.

Je ne peux pas terminer sans saluer la volonté capoise d’avancer la tête haute malgré les difficultés en Haïti. Parce qu’en l’espace deux ans, je suis témoin de trois belles promotions bourrées de jeunes dévoué-ées pour transformer leur destin.
Au nom de votre économiste exemplaire, Leon Walras, priorisons l’équilibre, cette priorisation doit passer par des courants de pensée.
Mettons nous au travail parce que le secret est dans la PENSEE, l’ACTION ET LA REUSSITE.
Répétons ensemble : NOUS PENSONS, NOUS AGISSONS ET NOUS REUSSISSONS !

Que vive l’Education
Que vive l’Université
Que Vive la paix
Que Vive l’amour
Que vive la communauté
Que vive le travail acharné
Que vive la persévérance

FORMER POUR SERVIR ! SERVIR POUR TRANSFORMER ! TRANSFORMER POUR SAUVER !

Je vous remercie de votre attention !

Djina GUILLET DELATOUR
Cap-Haitien, le 02 juin 202

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)