Accueil CRIMINALITÉ

Carrefour : Irruption des gangs dans diverses localités à Rivière Froide, des résidents en fuite

799
Img 20240210 Wa1654
Des famille fuient Des territoires perdus à Carrefour ( photo extraite d'une vidéo)

Diverses localités situées au niveau de la 11ème section communale de Rivière Froide, dans la Commune de Carrefour (Ouest), se trouvent depuis le vendredi 9 Février 2024, sous l’emprise des gangsters qui y ont fait irruption.C’est le cas de Démichel et Jérusalem, entre autres. Aux abois, de nombreuses familles fuient leurs maisons, alors que celles d’un policier et d’un houngan sont incendiées par les bandits.

LE FACTEUR HAÏTI, le 10 Février 2024._Des bandits armés opérant dans la zone dénommée « Bois d’Hommes » , alliés du grang de « Ti bois », dirigé par Chéry Christ-Roi dit « Krisla » ont fait irruption dans l’après-midi du vendredi 9 Février 2024, à Rivière Froide, dans la Commune de Carrefour.

Partis à la conquête de nouveaux territoires, ils s’installent depuis environ 24 heures au niveau des localités de Démichel et Jérusalem, entre autres, situées dans la 11ème section communale de Rivière Froide.C’est ce que confirme la rédaction du journal en ligne LE FACTEUR HAÏTI auprès de plusieurs sources locales lors d’un entretien téléphonique.

Img 20240210 Wa1241
À Rivière Froide, des riverains fuient la violence des gangs ( Photo : Anonymat)

Ces gangsters, selon nos sources bien informées, envahissent ces zones dans l’objectif d’y étendre leurs territoires afin de rançonner les véhicules et piétons qui fréquentent ces axes routiers leur servant de voies secondaires.

En prenant en otage ces localités, les bandits ont incendié, à Rivière Froide, plus précisément à « Mòn kay frè », la maison d’un policier et celle d’un houngan à Rivière Froide, en réponse à une intervention des forces de l’ordre pour les contraindre à faire marche arrière.

Img 20240210 Wa1655
Des habitants de Démichel et Jérusalem chassés de leurs maisons par des bandits armés ( Photo extraite d’une vidéo montrant des riverains en fuite)

Après avoir posé cette action criminelle, de nombreuses familles fuient ces zones, rapportent nos sources, ajoutant que de la peur s’installe encore dans les quartiers précités.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)