Accueil ACTUALITÉS

Cayes : Des associations écologistes s’interrogent sur les projets mis en œuvre par le ministère de l’Environnement en Haïti

70

Cayes, le lundi 15 janvier 2024. – Nous, associations d’écologistes, telles que le Groupe d’Intervention Écologique d’Haïti (Ecovert-Haïti) et le Mouvement d’Appui pour le Développement des Collectivités Territoriales Haïtiennes (MADECTH), exprimons nos préoccupations concernant la mise en œuvre de certains projets par le ministère de l’Environnement en Haïti.

En effet, du 5 au 12 janvier 2024, une équipe a été dépêchée sur le terrain pour évaluer le déroulement du projet intitulé « Amélioration des flux des services écosystémiques dans les bassins versants biologiquement riches de la région Sud d’Haïti ». Constat : aucune action concrète n’a été observée dans les zones d’exécution du projet, alors que le projet a été lancé le jeudi 9 mars 2023 par le ministère de l’Environnement (MDE), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et Heifer International Haïti, avec le soutien financier du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM/GEF).

Selon le communiqué de presse publié lors de la présentation officielle, ce projet, d’une durée de six (6) ans, vise à renforcer la gouvernance environnementale des écosystèmes et des bassins versants d’Aquin/Saint-Louis-du-Sud, de Cavaillon, des Cayes, de Tiburon/Port-Salut, ainsi que du bassin versant de Corail/Anse-à-Veau, partagé entre les départements de la Grand’Anse et des Nippes. Cependant, des sources concordantes au ministère de l’Environnement (MDE) affirment que James Cadet, le titulaire dudit ministère aurait bloqué toutes les activités du projet.

Nous demandons des explications au ministère de l’Environnement et à ses partenaires internationaux concernant le retard des activités du projet. La dégradation de la biodiversité dans le Grand Sud s’intensifie, surtout après le tremblement de terre de 2021. Les projets mis en œuvre par les ministères sectoriels n’ont pas abordé la problématique environnementale de manière exhaustive pour trouver une solution durable. En tant qu’associations d’écologistes, nous continuons d’appeler au sauvetage du Centre de Germoplasme de Camp Perrin, crucial pour la reforestation des versants dégradés du Sud.

Notre prochaine mission d’observation se déroulera la semaine prochaine dans les Nippes pour suivre le déroulement du projet Territoires Productifs et Résilients, communément appelé TPR. Quant au projet « Résilience renforcée au changement climatique du bassin versant des Trois-Rivières (Nord d’Haïti) par la gestion intégrée des inondations », nous avons noté que le dimanche 3 décembre 2023, en marge de la COP28, Veronica Marquez, représentante du Fonds vert pour le Climat (GCF), et Pradeep Kurukulasuriya, directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), ont paraphé à Dubaï un accord pour la mise en œuvre de ce projet totalisant un montant de 22,4 millions USD. En tant qu’associations d’écologistes, nous travaillerons sans relâche pour suivre le déroulement de cet énième projet du genre dans le Nord d’Haïti.

À ce jour, le ministère de l’Environnement a mis en œuvre près d’une vingtaine de projets, représentant environ un milliard de dollars américains. Cependant, la vie quotidienne des habitants reste inchangée, marquée par une proximité persistante avec les déchets, les égouts et les ravines se transformant en dépotoirs à ciel ouvert, entraînant des inondations lors de fortes pluies. Les ressources en eau diminuent alors que les besoins en eau doublent. Les forêts, indispensables pour lutter contre le changement climatique et garantir les besoins en eau et en nourriture, se détériorent à un point critique, nous rapprochant d’une tragédie des biens communs.

Pour authentification

Anel DORLEAN Sara CADET
Directeur de recheche Coordonnateur National
ECOVERT-HAITI MADECTH
contact : 36323759/ 41816168

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)