Accueil ELECTIONS

Dialogue inter-haïtien en Jamaïque : Ariel Henry et consorts repartent mains vides

La solution à la crise qui ronge Haïti ne vient pas de la Jamaïque. En fait, le dialogue inter-haïtien organisé du 11 au 13 juin 2023, à Kingston, n'a pas étanché la soif des acteurs haïtiens puisqu'il repartent bredouilles, en témoigne la conclusion de l'instance organisatrice, à savoir la CARICOM.

LE FACTEUR HAÏTI, le 14 juin 2023._ Dans un communiqué publié hier Mardi 13 juin 2023, la CARICOM a rappelé que la réunion tenue dans la capitale jamaïcaine visait à faciliter le dialogue entre les parties prenantes haïtiennes dans le but de trouver une solution à la crise multi-dimensionnelle prolongée dans laquelle le pays s'est enlisé.

Durant les trois jours, les intervenants ont abordé les questions fondamentales des mesures de gouvernance provisoire nécessaires pour rétablir la confiance dans la transition et faire en sorte que le gouvernement puisse respecter ses engagements, selon les écrits de la CARICOM.

Il s'agit de la question cruciale de la sécurité et de la stabilité, l'organisation des élections générales crédibles pour choisir un gouvernement légitime et représentatif, la réforme constitutionnelle et la poursuite des réformes fondamentales nécessaires pour éviter une répétition actuelle de la crise.

Au final, les parties prenantes se sont largement déclarées favorables à l'élargissement de la participation aux mécanismes actuels de gouvernance afin de renforcer la confiance dans l'administration intérimaire à mesure que la crise de sécurité est réglée et que la préparation des élections commence.

"À cet égard, il fallait mettre en place d'urgence le Conseil Électoral Provisoire (CEP)", a recommandé la CARICOM.

L'instance organisatrice dudit dialogue, rapporte que le Premier Ministre par intérim, le Dr Ariel Henry s'est engagé à une plus grande inclusion dans la gouvernance à travers la mise en place d'un gouvernement d'unité nationale commençant par augmenter le nombre de membres du HCT afin d'inclure des représentants d'un groupe plus large de parties prenantes et a fait une déclaration à la réunion qui est jointe.

Aussi, plusieurs autres suggestions ont été faites concernant des mécanismes visant à élargir la participation à la structure de gouvernance qui comprend un président et un premier ministre par interim.

Outre les suggestions susmentionnées, le GPE a été instamment prié d'utiliser les bons offices de la CARICOM pour continuer à travailler avec les parties prenantes et l'administration afin de trouver des solutions aux crises.

Au final, le GPE s'est engagé à se rendre en Haïti pour poursuivre ces consultations au cours des prochaines semaines. La CARICOM pour sa part dit réitérer sa volonté de fournir un appui aux élections, notamment en évaluant les préparatifs et l'observation des joutes.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)