Accueil ÉCONOMIE

Dilapidation des fonds Pétrocaribe : L’ONU confirme les accusations contre Michel Martelly et Laurent Lamothe

L'ancien Président et son ex-Premier Ministre |

Michel Joseph Martelly et Laurent Lamothe, respectivement anciens Président et Premier Ministre d’Haïti, sont deux (2) parmi les dilapidateurs avérés des Fonds Pétrocaribe. C’est du moins ce qu’a rélévé le dernier rapport de l’ONU publié le 19 Octobre 2023, confirmant que Laurent Lamothe a délivré des autorisations de décaissement pour un montant total de 668, 8 millions de dollars pour 149 projets, pratiquement non réalisés.

LE FACTEUR HAÏTI, le 21 Octobre 2023._ Plus de 4 milliards de dollars américains accordés sous forme de prêt en 2005 par le Vénézuela à Haïti, ont été dilapidés par des hauts fonctionnaires de l’État.

Ce montant a été destiné au développement économique, social , notamment la lutte contre la pauvreté et aux systèmes de santé et d’éducation, après le tremblement de terre de 2010. À travers son rapport publié jeudi, l’ONU revient sur la dilapidation de ces fonds venant de la République bolivarienne.

Selon ledit rapport, « les fonds ont été en grande partie détournés par des personnalités haïtiennes et les pires détournements ont eu lieu pendant le mandat de Michel Joseph Martelly (2011-2016), et qui a coïncidé avec la désignation de Laurent Salvador Lamothe comme Ministre de la Planification et de la Coopération Externe et Premier Ministre (2012-2014) », peut-on en lire.

Michel Joseph Martelly et Laurent Salvador Lamothe, respectivement anciens Président et Premier Ministres haïtiens |

Pour s’illustrer, les Nations Unies ont écrit que Laurent Salvador Lamothe qui, à l’époque, était l’ordonnateur principal pour le décaissement des fonds, a délivré des autorisations pour un montant total de 668, 8 millions de dollars pour 149 projets.

« Les rapports d’enquête officiels haïtiens ont conclu que sur le montant total de 1 738 691 909 dollars alloués aux projets, environs 92% ont été dépensés sur la base d’autorisations douteuses et que pratiquement aucun projet n’a été réalisé » , a repris le Groupe d’Experts sur Haïti.

En revanche, leur Gouvernement a été secoué par des manifestations publiques nationales contre la corruption, a rappelé le rapport onusien, précisant qu’en 2022 et 2023, Laurent Lamothe a été sanctionné par deux États membres de l’ONU et Michel Joseph Martelly par un pour corruption et leur implication à des activités criminelles.

Manifestation populaire contre la Corruption |

En guise de conclusion, l’ONU dit regretter que la dilapidation de ces fonds ait perpétué la pauvreté et l’instabilité sociale en Haïti.

À rappeler que ce document de 158 pages confirme aussi le statut de « bandit légal » de l’ex-Président à travers la création, le financement et l’armement du gang dénommé « Base 257 » pour étendre son influence dans les quartiers et faire avancer son agenda politique.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)