Accueil ACTUALITÉS

États-Unis : Inculpation d’une Haïtienne pour meurtre sur ses 2 enfants dont une fillette

496

Une haïtienne du nom de Odette Joassaint vivant à Miami, a été inculpée par la police américaine.Âgée de 41 ans, cette dernière est accusée d’avoir tué, mardi soir, ses deux (2) enfants.Ils répondent respectivement aux noms de Joassaint Jeffrey et Laural Belval, âgés de seulement 3 et 5 ans, selon un article paru ce mercredi dans les colonnes du journal américain , Miami Herald.

LE FACTEUR HAÏTI, le 13 Avril 2022._Les autorités américaines ont inculpé à Miami, Odette Joassaint, une Haïtienne de 41 ans.Cette dame est accusée de meurtre sur ses deux enfants, Joassaint Jeffrey et Laural Belval, âgés de 3 et 5 ans. L’information a été publiée ce mercredi par Miami Herald.

Selon un rapport de police, Odette Joassaint a appelé mardi soir, la police (911) à plusieurs reprises. « Venez les chercher. Je n’en veux plus d’eux », cria t-elle aux policiers, lit-on dans les colonnes du média cité.

Lorsque la police a débarqué à son appartement situé dans le bloc 100 de Northeast 75th Street, à Miami , les officiers ont trouvé les propres enfants de Odette Joassaint, Jeffrey et Laural Belval , ligotés et étranglés, a rapporté le journal.

États-Unis : Inculpation d'une Haïtienne pour meurtre sur ses 2 enfants dont une fillette

Toujours selon le rapport de la police de Miami, la dame a déclaré aux enquêteurs quelques heures après les meurtres qu’elle avait eu des difficultés financières et que ses « enfants souffraient et qu’ils souffriraient moins s’ils étaient morts ».

Le deux enfants, couchés à plat ventre sur un lit, les mains, les pieds et le cou liés, étaient déjà morts, a poursuivi le rapport de police. La dame, Odette Joassaint a déclaré avoir étranglé chaque enfant avec un ruban rouge afin de mettre fin à leur souffrance.

En revanche, mercredi, Joassaint, 41 ans, avait été inculpée de deux chefs de meurtre au premier degré et avait été condamnée à être détenue sans caution lors de sa première comparution devant le tribunal de Miami-Dade.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)