Accueil ACTUALITÉS

Force multinationale : Le Gouvernement kényan va demander l’approbation du Sénat et de l’Assemblée nationale

340
Des policiers kényans | © Google

Après que la Cour Suprême kényane ait mis à l’arrêt le 9 Octobre dernier, le déploiement des policiers kényans en Haïti à travers la force multinationale, le Gouvernement kényan joue pieds et mains pour intervenir en Haïti. Pour tenter d’atteindre leurs objectifs, les autorités gouvernementales kényanes vont solliciter l’approbation du Sénat et de l’Assemblée nationale.

LE FACTEUR HAÏTI, le 12 Octobre 2023._La Cour Suprême kényane par le biais du juge Chacha Mwita, a mis à l’arrêt, jusqu’au 24 Octobre prochain l’envoi en Haïti de 1000 policiers dans le cadre du déploiement de la force multinationale qui devrait être dirigée par le Kenya. Le juge en question avait pris cette décision suite à la signature d’une pétition initiée par le parti politique « Thirdway Alliance » qui dénonce l’illégalité du processus.

En attendant le verdict de la Haute Cour du pays, les autorités gouvernementales kényanes puisent d’autres voies légales pour faciliter le déploiement des policiers en Haïti, en aide à la police haïtienne dans la lutte enclenchée pour pacifier le pays, ruiné par la prolifération des gangs armés.

En fait, le Gouvernement kényan va demander l’approbation de l’Assemblée Nationale et le Sénat pour valider, sur le plan national, l’envoi des troupes après l’autorisation du Conseil de Sécurité Des Nations Unies le 3 Octobre dernier.

Des policiers kényans | © Google

Ce Jeudi, le secrétaire du Cabinet chargé de l’Intérieur et de l’Administration nationale, Kithure Kindiki, a défendu les projets du gouvernement de déployer des policiers pour lutter contre les gangs criminels en Haïti.

Dans une déclaration sur son compte X (ex-twitter) après une réunion avec la Commission départementale de l’administration et de la sécurité intérieure de l’Assemblée nationale, il a dit que ce serait un grand honneur de voir le Kenya jouer un rôle de leader dans les efforts internationaux de maintien de la paix.

Kindiki a également souligné l’engagement du gouvernement à honorer la résolution 2699 des Nations Unies qui a été adoptée par le Conseil de sécurité lors de sa réunion le 3 octobre 2023. « Le Kenya a l’intention d’adhérer à la Résolution 2699 des Nations Unies sur le déploiement d’officiers de police en Haïti », a affirmé Kithure Kindiki.

Kithure Kindiki, Secrétaire du Cabinet chargé de l’Intérieur et de l’Administration nationale au mileu de ses collègues | © Presse kényane

Aussi, le secrétaire du Cabinet chargé de l’Intérieur et de l’Administration nationale a révélé qu’Haïti, par le biais du Gouvernement d’Ariel Henry, avait demandé le déploiement de 2 500 policiers kényans sur le sol haïtien, mais que le Kenya s’est engagé à envoyer 1 000 policiers dans le cadre de la mission de soutien de la paix.

Contrairement aux détracteurs de la force multinationale, Kethure Kindiki a précisé que les policiers de son pays ne viendront pas vendre leur peau en Haïti. « Nos officiers ne vont pas en Haïti comme cobayes », prévient-il.

Toutefois, le Gouvernement doit comparaître devant la Commission de l’administration et de la sécurité nationale pour continuer de défendre le projet.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)