Accueil ACTUALITÉS

Force multinationale : Un 13ème pays offre son soutien au Kenya pour venir à la rescousse d’Haïti

La Barbade est la 13ème Nation à proposer son aide au Kenya, ce pays d’Afrique qui envisage de prendre la tête d’une force multinationale en Haïti pour soutenir la police dans la pacification du pays.C’est le média «Barbados Today» qui a publié l’information sur son site le mercredi 27 Septembre 2023.

LE FACTEUR HAÏTI, le 27 Septembre 2023._Lors d’une conférence-bilan le lundi 25 Septembre autour de sa participation à la 78ème Assemblée Générale des Nations Unies, à New York, le Premier Ministre Ariel Henry avait déclaré que 12 autres pays soutiennent le Kenya à l’idée de conduire une force multinationale en Haïti.

Si le chef du Gouvernement n’avait pas cité de noms, le média américain « Miami Herald » a révélé le mercredi 27 Septembre 2023, les identités de ces 12 nations dont deux (2) du Continent européen offrant leur aide à ce petit pays d’Afrique.

Il s’agit des Bahamas, de la Jamaïque, d’Antigua-et-Barbuda, de l’Italie, de l’Espagne, de la Mongolie, du Sénégal, du Belize, du Suriname, du Guatemala et du Pérou, entre autres, manifestant leur intention de contribuer dans la venue en Haïti de la mission non-onusienne.

Outres ces pays, un 13ème se mêle de l’affaire. Ce n’est autre que la Barbade qui a officiellement déclaré hier mardi 26 Septembre, qu’elle s’apprête à fournir du « personnel de sécurité » à la force de sécurité multinationale, en attente de l’autorisation du Conseil de sécurité des Nations Unies pour déployer en Haïti, a rapporté «Barbados Today».

Selon un communiqué publié mardi soir par le ministère des Affaires étrangères de la Barbade, «le déploiement doit être étroitement coordonné avec le Système de sécurité régional (RSS), un pacte de défense vieux de 30 ans unissant principalement les forces des Caraïbes orientales, est basé au pays»,

Cependant, le ministère des Affaires étrangères de la Barbade ne s’était pas prononcé sur la taille et la composition du déploiement du « personnel de sécurité » ni s’il impliquerait uniquement des soldats et des marins des Forces de défense de la Barbade, des agents de la police de la Barbade ou un détachement combiné.

Par ailleurs, la Barbade dit s’engager à fournir «une formation et un renforcement des capacités » au gouvernement haïtien dans l’objectif de renforcer la sécurité et la stabilité d’Haïti, a ajouté le ministère des Affaires étrangères.

Aussi faut-il mentionner que lors de son intervention à la 78ème Assemblée Générale des Nations Unies, la Première ministre barbadienne, Mia Mottley avait demandé au Conseil de Sécurité de l’ONU d’accorder un mandat à la force multinationale.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)