Accueil CRIMINALITÉ

Gonaïves : Un policier assassine 3 membres de sa famille avant d’être retrouvé mort pendu

395

Le policier Blémur Accil est accusé d’avoir assassiné ce lundi 18 Avril 2022, aux Gonaïves, à la rue Berthole, avec son arme de service, trois (3) membres de sa famille. Il s’agit de sa grande Sœur, sa nièce ainsi que son beau-frère. Après ce triple assassinat, l’agent de police est retrouvé mort pendu sous un arbre. L’information a été confirmée pour la Rédaction de l’agence de presse en ligne LE FACTEUR HAÏTI par le juge de Paix Josué Alexis qui a dressé le constat légal des 4 cadavres.

LE FACTEUR HAÏTI, le 18 Avril 2022._Un policier affecté au service d’ivestigation du Commissariat des Govaïves est accusé d’assassinat au préjudice de trois membres de sa famille. Il s’agit de Blemur Accil.

Selon Me Josué Alexis, Juge au tribunal de Paix section Nord des Gonaïves qui a dressé le constat légal, les trois personnes tuées par balles du policier répondent aux noms de Wisline Accil, RoseDerline Céide et Ilfaudieu Céide, respectivement sa grande Sœur, sa nièce et son Beau-frère. Elles ont été retrouvées mortes avec leurs corps troués de balles.

Gonaïves : Un policier assassine 3 membres de sa famille avant d'être retrouvé mort pendu

À en croire le juge de Paix qui a été informé par la police aux environs de 6 heures du matin, Wisline Accil est l’épouse de Ilfaudieu Céide, égalment mère de RoseDerline Céide, selon les confessions des membres de ladite au Juge de Paix.

Les faits se sont déroulés précisément près de la Route Des Dattee, aux Gonaïves, Commune du Département de l’Artibonite, a confié le Me Josué Alexis.

Gonaïves : Un policier assassine 3 membres de sa famille avant d'être retrouvé mort pendu

Après avoir commis ses forfaits, le désormais l’ancien policier du service d’investigation au sein du commissariat de la Commun, est retrouvé mort pendu sous un arbre dans la zone.

Aussi précise le Juge de Paix, plusieurs personnes de la même famille sont sorties blessées. Elles recevaient des soins necessaires à leurs blessures, alors la mère et l’épouse du policier ont échappé belle.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)