Accueil POLITIQUE

Haïti – 7 Février 2022 : Le Collectif des Anciens Maires Intérimaires d’Haïti appelle le Premier Ministre à la sagesse

299

Dans une note dont la copie est acheminée à la rédaction de l’agence, Le Collectif des Anciens Maires Intérimaires d’Haïti (CAMIH) a fixé sa position sur la crise haïtienne à quelques heures de la date du 7 février 2022. À travers cette note, Jackson MYRIL, Coordonnateur du CAMIH demande au Premier Ministre à faire le choix de la sagesse pour résoudre la crise.

LE FACTEUR HAÏTI, le 6 Février 2022._De multiples entités socio-politiques de la vie nationale opinent sur la date du 7 Février, qui marquera la fin du quinquennat du défunt Président Jovenel Moïse. C’est le cas Collectif des Anciens Maires Intérimaires d’Haïti (CAMIH) , qui, à travers une note de presse prend position.

Lisez l’intégralité de la note du Collectif des Anciens Maires Intérimaires d’Haïti (CAMIH)

La date du 7 février 2022 ramène la fin du mandat constitutionnel du Président Jovenel Moise qui, avant sa mort tragique, compte tenu de turbulences politiques avait jeté son dévolu sur Docteur Ariel Henry comme Premier Ministre avec mandat d’asseoir avec toutes les forces vives de la nation en vue de trouver un consensus pouvant ramener le calme et d’organiser les élections. Cependant, dans la nuit du 6 au 7 juillet 2021, le président Jovenel Moise a été sauvagement et lâchement assassiné dans sa chambre en sa résidence privée à Pèlerin 5, ce qui plongerait le pays dans l’incertitude totale.

Dans ce contexte particulier et compte tenu du mandat accordé au Premier Ministre, le Collectif des Anciens Maires Intérimaires d’Haïti (CAMIH) constate que le pays ne cesse de continuer sa décente aux enfers quoique c’était la mission du Premier Ministre de freiner cette escalade. En conséquence, puisque le Premier Ministre n’arrive pas à harmoniser les forces vives de la nation, il n’arrive pas à restaurer l’autorité de l’état, il n’arrive pas sécuriser les vies et les biens des paisibles citoyens qui sont victimisés au quotidien. De plus, il est soupçonné d’avoir communiqué à l’un des Présumés Assassins du Président Jovenel Moise.

Fort de tous ces constats CAMIH croit que le Premier Ministre doit faire un choix, celui de la sagesse comme dit le vieux dicton : « L’âge amène la raison », après 7 mois d’échec total, laisser le pouvoir à cette date du 7 février pour faciliter le dénouement de cette crise qui a trop duré et ce, dans l’intérêt supérieur de la nation haïtienne.

LE FACTEUR HAÏTI (FLH)