Accueil SÉCURITÉ

Haïti-Bwa kale : 160 présumés bandits tués en un mois, selon CARDH

576

Le mouvement populaire anti-gang dénommé « bwa kale » a déjà fait 160 morts en Haïti, en un mois, soit de la période allant du 24 Avril au 24 mai 2023. Ce bilan a été communiqué par les responsables du Centre d’Analyses et de Recherches en Droits Humains (CARDH) », dans un bulletin d’informations qui dit constater depuis l’enclenchement de ce mouvement, une baisse des cas d’enlèvements.

LE FACTEUR HAÏTI, le 28 Mai 2023._En vue de combattre des bandits qui tentaient de s’installer à Turgeau, quartier situé dans la Commune de Port-au-Prince, des membres de la population ont lancé en date du 24 Avril 2023, le fameux mouvement anti-gang « Bwa kale ».

Il a pris naissance avec la mort par lapidation suivie l’incendie des cadavres de 14 jeunes garçons interceptés par les policiers affectés au Sous-Commissariat de Canapé-Vert.

Selon les premiers éléments d’informations, ces présumés bandits interceptés par la police à bord d’un mini-bus, partaient en mission à Turgeau, en renfort à leurs acolytes qui cherchaient à s’y installer.

Mouvement populaire à Port-au-Prince | Crédit Photo : Odelyn Joseph/AP/SIPA

En l’espace d’un mois, soit du 24 Avril au 24 mai 2023, ce mouvement a coûté la vie à 160 présumés bandits, a en croire un rapport d’enquête publié par le Centre d’Analyses et de Recherches en Droits Humains (CARDH).

Selon cette structure de défense de droits humains, parmi les 160 individus tués, lynchés et brûlés, 137, soit 83.75%, ont été recensés dans le département de l’Ouest d’Haïti.

Toujours selon CARDH, les départements du Centre et de l’Artibonite , quant à eux, comptabilise chacun 5 cas sur les 30 premiers jours du mouvement. L’organisme des droits humains dit aussi constater que cette initiative citoyenne a entraîné une baisse considérable des cas d’assassinats et de viols au cours de cette période.

Des citoyens haïtiens bravent le danger dans les rues de Port-au-Prince | Crédit Photo : Le Soir

En effet, contrairement aux 23 premiers jours du mois d’Avril où les enquêteurs disent avoir recensé 146 cas, seulement 129 assassinats du 24 Avril au 24 Mai.

En guise de recommandation, le Centre d’Analyses et de Recherches en Droits Humains (CARDH) » dit opter un encadrement judiciaire en faveur de ce mouvement afin de contrecarrer toute réponse brutale des groupes dont leurs membres ont été tués.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)