Accueil ACTUALITÉS

Haïti-Criminalité : 9 enfants de moins de 14 ans assassinés par balles ou brûlés au Bel’Air

1009

Un rapport d’enquête publié le lundi 3 Avril 2023 par l’Ordre de Défense des Droits Humains (ORDEDH) sur la montée exponentielle d’actes de criminalité dans le pays fait mention de plus de 129 personnes assassinées ou brulées de manière tragique durant le mois de Mars 2023. Au rang des victimes figurent 9 enfants de moins de 14 ans, a révélé cette structure œuvrant dans le secteur de droits humains.

LE FACTEUR HAÏTI, le 3 Avril 2023._Les rapports d’enquête sur les exactions des gangs en Haïti sur la population civile deviennent de plus en plus accablants. Après ceux du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH) et le Bureau Intégré des Nations-Unies en Haïti (BINUH), c’est autour de l’Ordre de Defense des Droits Humains (ORDEDH) de communiqué le sien ce lundi.

Dans un rapport d’une page publié ce 3 Avril, l’ORDEDH dit recenser plus de 129 personnes assassinées ou brulées de façon tragique du 1er au 31 Mars 2023.

À en croire les chiffres avancés par cet organisme de défense des droits de l’homme dirigé par Darbenzky Gilbert, une cinquantaine (50) de cas de kidnapping et plus de 73 cas d’assassinats ont été enregistrés dans les Communes de Pétion-Ville, Tabarre, et Delmas, entre autres, pour le mois de Mars dernier.

À Port-au-Prince, la Capitale d’Haïti, pas moins de 56 personnes ont été assassinées par balles ou brulées dans le quartier de Bel‘Air.Parmi ces personnes tuées se trouvent 9 enfants moins de 14 ans, ont dénoncé les responsables de cette structure.Ces chiffres représentent une augmentation de 48 % par rapport au mois écoulé, constate la Cellule Contre la Criminalité (CCC) de l’ORDEDH qui en profite pour fustigé le complaisance des autorités concernées vis-à-vis des gangs qui dévoilent leur alliance avec le gouvernement d’Ariel Henry.

Tout en exprimant leurs vives préoccupations, les dirigeants de l’ORDEDH appellent au respect du droit à la vie et à la sûreté de sa personne.

Outre cet appel d’urgence, l’Ordre de Defense des Droits Humains exige la mise en place d’un autonome « HAUT ÉTAT MAJOR » de « CRISE » composé de 5 personnalités telles que le Directeur Général de la Police Nationale d’Haïti (PNH), le Général Commandant des Forces
Armées d’Haïti (FAD’H) et 3 membres émanant de la Société civile Haïtienne afin de lutter contre les terroristes pour éviter une guerre civile dans les prochains jours.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)