Accueil ACTUALITÉS

Haïti-Éducation : Des Normaliens prônent une « éducation libératrice et émancipatrice »

Des élèves en route pour l'école/ Photo : Dieu Nalio Chéry

Pour célébrer ses 8 ans anniversaire d’existence au service du système éducatif haïtien, l’Association Nationale des Normaliens Independants d’Haïti (ANNIH) a clôturé le vendredi 16 Décembre 2022, à Port-au-Prince, une semaine d’activités qu’elle avait lancée. Le Coordonnateur adjoint de cette structure syndicale, Kemsly Théodat, a profité de l’occasion pour encourager les autorités à instaurer une « éducation libératrice et émancipatrice » en faveur des fils et filles d’Haïti.

LE FACTEUR HAÏTI, le 17 Décembre 2022._ La cérémonie de clôture s’était déroulée à l’hôtel Le Plaza, au Champ-de-Mars, en présence des membres de ladite Association, d’enseignants, d’étudiants ainsi que d’élèves de différents établissements de l’Ouest, entre autres.

La célébration de la 8ème année d’existence de l’Association Nationale des Normaliens Indépendants d’Haïti (ANNIH) a coïncidé avec le centenaire du célèbre écrivain haïtien, Jacques Stephen Alexis. En raison de cette coïncidence, un ensemble d’activités éducatives ont été organisées allant du samedi 10 au vendredi 16 décembre 2022, autour du thème «Lekòl ka sove Ayiti, ann sove lekòl».

Pour clore cette série d’activités, une cérémonie s’était tenue le vendredi 16 décembre 2022 . Pour cette journée «festive et pédagogique», deux sujets ont été débattus : ”Enseignement et conscience de classes chez J. S. Alexis: Hilarion dans les écoles publiques en Haïti » et  » Crise politique et gouvernance du système éducatif en Haïti ». Les professeurs Georges G. Exantus et Auguste D’ Mexa ont été les intervenants.

Lire aussi  Séisme et aménagement du territoire : La régionalisation devient incontournable , le compte à rebours

Haïti-Éducation : Des Normaliens prônent une "éducation libératrice et émancipatrice"

Présent pour l’occasion, le coordinateur adjoint de l’ANNIH, Kemsly Théodat qui s’était confié au micro d’une journaliste de l’agence de presse en ligne LE FACTEUR HAÏTI, dit militer pour l’instauration d’une « éducation libératrice et émancipatrice ». Elle devrait être le reflet du paysage culturel haïtien. Autrement dit, une école à l’haïtienne, souhaite t-il.

M Théodat a fait cette plaidoirie après avoir constaté ce qu’il appelle une « inadéquation » entre le système éducatif et la réalité sociale du pays. En vue d’y remédier, il se dit favorable à une transformation du système éducatif haïtien pour le bien-être collectif.

LE FACTEUR HAITI ( LFH)