Accueil SÉCURITÉ

Haïti : Frantz Elbé dresse le bilan de ses 2 ans et 6 mois passés aux commandes de la police

Frantz Elbé, actuel Directeur Général a.i de la PNH lors d'une cérémonie à l'École Nationale de Police (ENP) / Crédit Photo : PNH

Fantz Elbé a quitté la Direction Générale de la police nationale d’Haïti après deux ans et quelques mois de service. Durant ce temps comme directeur général, il a posé des actions pour permettre à l’institution d’assumer sa responsabilité et ce, dans des conditions difficiles avec des moyens très limités. Retour sur les grandes actions posées par Frantz Elbé durant ce passage remarquable aux commandes de la PNH.

Port-au-Prince, le 22 juin 2024.- D’abord, en terme de bilan d’opérations, depuis son arrivée à la tête de l’institution policière, le désormais ex commandant, Frantz Elbé n’a jamais ménagé ses efforts pour ramener la paix dans des zones controlées par des bandits. Lesquelles opérations ont permis de reprendre le contrôle de La Boule qui était sous l’égide du gang dénommé Ti Makak.

Ensuite, le démantèlement du gang de La Boule. Les vaillants policiers, sous le leadership de Frantz Elbé, ont mis fin au règne du Gang de Ti Greg à Delmas 95. Et plus récemment, le gang de Bristou à Pétionville à connu le même sort. Le chef de cette bande criminelle, Makandal ainsi connu a été stoppé.

En outre, il faut noter l’arrestation de plusieurs milliers de présumés bandits. Des interventions pour empêcher aux bandits de prendre le contrôle des infrastructures stratégiques comme le palais national et l’aéroport Toussaint Louverture. La libération à deux reprises du centre de stockage Varreux, entre autres.

D’importantes saisies

Toujours dans la volonté de ramener la paix et sécurité dans la cité, la police, sous les ordres de Frantz Elbé a procédé à de saisis de grandes importances. Un total de 683 armes et des milliers de munition. Plus de 296 kg de cocaïne et 2857.36 kg de Marijuana saisis. Trois bateaux, un aéronef, un yach, des centaines de véhicules et de motocyclettes ont été saisis.

Et dans ce même temps, 632048.00 US, 78 543 535.00 Gdes et 551,135.00 pesos ont été saisis par les policiers lors de leurs différentes interventions.

Et en dépit des faibles moyens la police a largement contribué a réduire le phénomène du kidnapping. Grâce aux interventions des policiers, un total de 161 otages ont été libérés.

Des actions pour améliorer les conditions de travail des policiers

Pour encourager les policiers dans lutte constante visant à ramener la paix et la sécurité, le haut commandement, sous le leadership de Frantz Elbé a fait des ajustements significatifs des primes de risques pour faire face aux vulnérabilités financières des policiers dans ce contexte socio-économique difficile.

Ainis, la prime de risque des unités spécialisées est passée de 7,500 Gdes à 30,000. Gdes. La Brigades d’Intervention (BI) : de 5,000 à 20,000 Gdes et de de 5,000.00 à 10,000 gds des agents en détachements.

Il faut aussi souligner le décret du gouvernement sur l’indemnisation des policiers victimes ou de la famille des policiers victimes. Cela a permis de garantir une prise en charge adéquate des victimes ou de leur famille, suite à leurs engagements dans la bataille ardue contre les gangs armés; L’arrêté modifiant le Plan de Carrière et créant la grande famille policière.

Lire aussi  Haïti : Frantz Elbé vante les réalisations de ses 6 premiers mois à la tête de la police

La proposition de décret sur le reclassement et la retraite des policiers, aux fins de garantir une carrière professionnelle sereine, combattre l’insécurité économique et contrer l’augmentation des cas d’abandon dans l’institution en promouvant une politique de rétention du personnel.

Une gratification périodique aux policiers engagés dans des opérations d’envergure antigang grâce au soutien du gouvernement. Une subvention à 200 familles de policiers déplacés. Le dossier est en cours de traitement au ministère des finances.

Il faut aussi noter la création de l’Unité Tactique Anti Gang ( UTAG), l’Unité de drone et le Centre de Commandement, de Communication, de Contrôle et d’Intelligence ( 3CI).

De l’assainissement de l’institution sous le règne de Frantz Elbé

Pour assainir l’institution policière durant son règne, Frantz Elbé s’est basée sur des conclusions d’enquêtes de l’IGPNH, des rapports d’abandon des différents commandants de juridictions et des conclusions d’enquêtes de la DCP. En ce sens des meures ont été prises pour écarter policiers et personnel administratif au regard des conclusions d’enquête.

Sur le plan financier, autour de la période d’octobre 2022 à octobre 2023, un nombre de chèques totalisant plus de 178 millions de gourdes ont été retournés au ministère des Finances alorsque l’année antérieure pas moins de 223 millions de gourdes ont été retournées. Soit un total de 401 millions 692 milles gourdes.

Quant à la carte débit BNC, le montant retourné atteint la barre de 185 M 588 ,263.00 gds.

À cela il faut souligner le renforcement des mécanismes de gestion et des règles de passation de marché public. Dans le cadre de la bonne gouvernance, le renforcement des dispositifs de contrôle au sein de l’administration a permis d’observer le fait suivant : sur un total de quarante-cinq contrats de marché soumis au contrôle a priori de la CSCCA, tous ont reçu l’aval de conformité. Ce qui témoigne un profond respect des principes de légalité et de régularité au niveau des opérations.

Et en somme, il faut souligner des activités pour rapprocher la PNH de la population et aussi le renforcement du partenariat avec des partenaires internationaux sur la sécurité. Redynamisation de la coopération avec des forces de police internationale (INTERPOL, EUROPOL, AMERIPOL, ACCP; Renforcement de la coopération bilatérale avec certains pays comme les États-Unis via l’INL, Canada, France, Taiwan, Mexique, Chili, Corée du Sud, Allemagne, Brésil et le renforcement de la coopération multilatérale avec certaines organisations comme des agences de l’ONU, l’OEA, l’UE.

Dans le cadre cette coopération avec l’ONU, les Policiers Haïtiens seront recrutés pour participer aux missions onusiennes, en fin de compte.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)