Accueil POLITIQUE

Haïti : Guy Philippe a négocié 3 ministères avec le Premier Ministre Ariel Henry pour surseoir sur sa « révolution » !

1563

L’ex-chef rebelle de 2004, Guy Philippe a négocié pas moins de 3 Ministères dont celui de la Défense avec le Premier Ministre pour qu’il ne demande pas à la population haïtienne de se soulever contre son Gouvernement.C’est son Avocat, Me Reynold Georges, qui dans une note vocale, a fuité l’information suite à la convocation de son client par le Tribunal de Première Instance (TPI) du Nord’Est.

LE FACTEUR HAÏTI, le 17 Janvier 2024._La « Révolution » prônée par Guy Philippe résulte du refus du Premier Ministre Ariel Henry de lui confier les clés de 3 Ministères clés dans le Gouvernement lors du prochain remaniement.

Il s’agit, entre autres, des Ministères de la Justice, de la Défense et de l’Intérieur pour cohabiter avec le Premier Ministre Ariel et contrôler la sécurité du pays.

C’est ce qu’a révélé Me Reynold Georges, à travers un enregistrement vocal qui devient viral ce mercredi 17 Janvier 2024. Ce dernier se présente comme l’Avocat du natif de Pestel (Grand’Anse).

Me Reynold Georges dit avoir suggéré l’insurgé d’approcher le Premier Ministre Ariel Henry pour négocier sa part du gâteau dans le Gouvernement actuel.

« Il ya de cela trois semaines depuis que nous avions formulé cette proposition au Gouvernement mais, le Premier Ministre n’a pipé mot. Guy Philippe a opté pour une solution pacifique.Cependant, Ariel Henry lui, il a préféré d’empirer les choses », a déclaré Me Reynold Georges via la note vocale en circulation .

Me Reynold Georges vendu la mêche au moment où il était entrain d’analyser la convocation que le Commissaire du Gouvernement du Nord’Est, Me Éno Zéphirin a faite à Guy Philippe, sous les recommandations du Comité de Petits Planteurs de la région nordésienne.

L’Association des Petits Planteurs du Nord’Est accuse l’ex-chef rebelle et sa bande armée d’avoir commis des actes de destruction, d’incendie, voie de fait, association de malfaiteurs, détention illégale d’armes automatique , de vandalisme et de pillage dans ses locaux en 2004 pour qu’il menait son insurrection contre l’ancien Président Jean Bertrand Aristide.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)