Accueil ACTUALITÉS

Haïti-Insécurité : Les Nations Unies vont gêler les fonds des gangs et ceux de leurs complices

706
L'ancien policier de l"UDMO, Jimmy Chérisier, chef de gang du G9/ Crédit photo : Reuters

Lors d’une rencontre tenue ce vendredi 21 Octobre 2022, sur la situation sociopolitique et sécuritaire d’Haïti au Conseil de Sécurité des l’Organisation des Nations Unies a adopté à l’unanimité la résolution sanctionnant les chefs de gangs haïtiens. Leurs complices ne seront pas exempts de cette mesure.Selon l’agence américaine « Reuters », le nom de Barbecue, chef de fille du G-9 en famille et alliés figure dans le document.

LE FACTEUR HAÏTI, le 21 Octobre 2022._ Plusieurs semaines après l’annonce, le Conseil de sécurité de l’ONU a approuvé ce vendredi 21 Octobre 2022, au cours d’une réunion sur la situation d’Haïti, des sanctions contre les gangs haïtiens.

Selon la résolution, les Nations Unies vont imposer un gel des avoirs, une interdiction de voyager et un embargo sur les armes, entre autres, à quiconque menace la paix ou la stabilité du pays.

Selon « Reuters », le conseil de 15 membres a voté à l’unanimité pour adopter la résolution dans laquelle le nom du chef de gang du G-9, Jimmy Cherizier alias Barbecue, un ancien policier de l’UDMO, converti en bandits.

Barbecue, chef de gang du G9/ Crédit photo : REUTERS/Ralph Tedy Erol/

« Nous envoyons un message clair aux mauvais acteurs qui retiennent Haïti en otage : la communauté internationale ne restera pas les bras croisés pendant que vous faites des ravages sur le peuple haïtien », a déclaré l’ambassadrice américaine aux Nations Unies, Linda Thomas-Greenfield, dans un discours. après le vote du conseil.

La responsable a décrit le nouveau régime de sanctions comme une « réponse initiale aux appels à l’aide » des Haïtiens aux prises avec une catastrophe humanitaire qui s’aggrave.Elle a ajouté qu’une autre résolution est en cours de rédaction qui pourrait autoriser une mission non onusienne à renforcer la sécurité et permettre à l’aide humanitaire d’affluer à la nation insulaire en crise, qui est le pays le plus pauvre des Amériques.

Quant à la résolution portant sur la demande d’aide militaire faite par le Gouvernement, rien n’est encore décidé.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)