Accueil CRIMINALITÉ

Haïti -Justice : Une 2ème condamnation dans le dossier de l’assassinat de Jovenel Moïse

Une partisane du président haïtien Jovenel Moïse prie devant un mémorial marquant le premier anniversaire de son assassinat, à Port-au-Prince, le 7 juillet 2022. ©RICHARD PIERRIN / AFP

Un deuxième conspirateur du Président haïtien Jovenel Moïse est condamné à la prison à vie le vendredi 27 Octobre 2023, par un tribunal fédéral à Miami, aux États-Unis. Il s’agit de l’ancien officier colombien à la retraite, Germán Alejandro Rivera Garcia, alias « Colonel Mike ». Selon le journal Miama Hérald, le mercenaire a admis avoir rencontré fin juin 2021, plusieurs co-conspirateurs en Haïti pour discuter de la destitution de Jovenel Moïse par la force, y compris d’un complot visant à l’assassiner en juillet.

LE FACTEUR HAÏTI, le 27 Octobre 2023._ L’Homme d’affaires haïtiano-chilien Roodolph Jaar n’est pas la seule personne condamnée à la prison à vie pour son implication dûe au financement de l’assassinat du Président haïtien Jovenel Moïse.

Jaar a été rejoint dans la liste par l’ancien officier colombien à la retraire, Germán Alejandro Rivera Garcia, alias « Colonel Mike », rapporte le média américain, Miami Herald. L’ex-pensionnaire de l’armée colombien qui a plaidé coupable d’avoir dirigé un groupe de commandos dans l’assassinat du 58ème président haïtien, connait son sort.

En fait, il a été condamné à la prison à vie le vendredi 27 Octobre 2023, par le tribunal fédéral de Miami. Il aura une peine moins sévère dans le cadre d’un accord de coopération avec les procureurs fédéraux, selon le journal floridien.

Une partisane du président haïtien Jovenel Moïse prie devant un mémorial marquant le premier anniversaire de son assassinat, à Port-au-Prince, le 7 juillet 2022. ©RICHARD PIERRIN / AFP

Dans un article publié ce vendredi, Miami Herald rapporte que Germán Alejandro Rivera Garcia a admis avoir rencontré fin juin 2021 plusieurs co-conspirateurs en Haïti. Leur rencontre avait comme objectif de discuter de la destitution de Jovenel Moïse par la force, y compris d’un complot visant à l’assassiner le mois suivant, peut-on en lire.

« Au cours de la réunion secrète, Germán Alejandro Rivera Garcia a reçu lors d’un appel vidéo, des instructions d’un compatriote colombien du sud de la Floride qui se trouvait être un informateur du FBI, selon laquelle Rivera devait suivre les instructions d’un autre homme participant à la réunion en Haïti, selon les archives judiciaires.Cet homme anonyme a ensuite dit à Rivera et à un autre co-conspirateur que le Président serait assassiné dans le cadre de l’opération, selon une déclaration factuelle déposée au tribunal fédéral de Miami dans le cadre du plaidoyer de culpabilité de Rivera pour complot de meurtre le mois dernier », écrit le journal.

Des mercenaries colombiens arrêtés et écroués à la DCPJ (Crédit Photo : Joseph Odelyn / AP)

Toujours selon Miami Herald, Germàn Rivera et James Solages, un Haïtiano-Américain du sud de la Floride, « ont transmis cette information à d’autres membres du complot », dont un autre Haïtiano-Américain, Joseph Vincent, et un membre du commando colombien de Rivera, Mario Antonio Palacios Palacios. Ce dernier, a cependant, tenté de faire annuler ses « aveux » aux agents du FBI car, selon lui, ils ont été obtenus sous pression.

« L’échange d’appels vidéo a eu lieu dans les deux semaines suivant l’assassinat de Moïse le 7 juillet 2021 par un groupe d’anciens soldats colombiens, selon les autorités américaines, marquant un changement stratégique entre l’enlèvement du Président haïtien et son assassinat à son domicile, le 7 juillet 2021, à Pèlerin 5, dans la Commune de Pétion-Ville (Ouest), » selon les rapports d’enquête.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)