Accueil SÉCURITÉ

Haïti-Kidnapping : Le CNSCA exige la libération sans rançon de la militante des droits humains, Novia Augustin

368

Le Conseil National de la Société Civile Ayitienne (CNSCA) exprime sa consternation suite à l’enlèvement suivi de la séquestration de la militante en droits humains, Novia Augustin. Elle a été victime dans la soirée du 3 Décembre  à Delmas 75, dans la commune de Delmas.En réaction, cette entité réclame sa libération et cela, sans rançon, afin qu’elle puisse reprendre ses activités quotidiennes.

Le Facteur Haïti, le 5 Décembre 2021._Des bandits armés ont kidnappé dans la soirée du vendredi 3 Décembre 2021, à Delmas 75, dans la Commune de Delmas, la militante des droits humains, Novia Augustin.

Depuis lors, elle est séquestrée par ses ravisseurs, alors qu’elle se voue corps et âmes depuis des années pour le respect des droits des femmes en Haïti, selon un communiqué de presse du Conseil National de la Société Civile Ayitienne (CNSCA).

Haïti-Kidnapping : Le CNSCA exige la libération sans rançon de la militante des droits humains, Novia Augustin

« Cet énième cas de kidnapping montre que les bandits ne chôment pas et sont libres de leurs actions sans aucune inquiétude d’être la cible des des forces de l’ordre », écrit Joseph Dominque ORGELLA, Coordonnateur National de cette structure, dénonçant cette situation insupportable a population.

Si disant consterné, le Conseil National de la Société Civile Ayitienne (CNSCA) invite les bandits qui détiennent Novia AUGUSTIN à procéder à sa liberation sans rançon pour qu’elle puisse rejoindre sa famille et vaquer à ses occupations, en tant que militante des droits humains.

Haïti-Kidnapping : Le CNSCA exige la libération sans rançon de la militante des droits humains, Novia Augustin

Le Conseil National de la Société Civile Ayitienne à travers ledit communiqué dit croire que le laxisme des autorités étatiques haïtiennes face aux actes des bandits ne peut plus durer dans un pays déjà meurtri économiquement et socialement.

En revanche, cette structure appelle les autorités concernées à reprendre en main la sécurité du pays en vue de garantir la libre circulation des citoyens surtout en cette période de fêtes de fin d’années.

Le Facteur Haïti (LFH)