Accueil INSÉCURITÉ

Haïti-Kidnappping : « Ceux qui détiennent Blondine Tanis en otage doivent la libérer » , exige le Comité pour la Protection des Journalistes

La Journaliste Blondine Tanis lors d'une émission à la radio Renovation FM | Crédit Photo : Moïse DIDIER

Le Comité pour la Protection des Journalistes (CPJ) basé à New York exige la libération de la Journaliste haïtienne Blondine Tanis. L’employée de la Radio Renovation FM a été enlevée à Delmas le 21 juillet 2023, en revenant de son travail. Huit jours après, la Journaliste qui ne jouit pas d’une bonne santé, est toujours en séquestration.

LE FACTEUR HAÏTI, le 28 juillet 2023._Des individus non identifiés ont enlevé le vendredi 21 juillet 2023, à Delmas, Blondine Tanis, co-animatrice de l’émission Tribune Matinale diffusée du lundi au vendredi sur les ondes de Radio Renovation FM. Elle a été victime à proximité de sa maison, quelques minutes après avoir laissé les laocaux de la radio.

Depuis lors, elle est séquestrée par ses ravisseurs qui réclament une forte somme d’argent comme rançon en échange de sa remise en liberté. Or, la journaliste, qui souffre d’asthme et d’une autre affection nécessitant des médicaments, n’a pas pu prendre les médicaments prescrits par son médecin.

Exprimant ses inquitudes pour la vie du l’otage, le Comité pour la Protection des journalistes (CPJ) dont le siège social se trouve à New York, appelle à sa libération.

Haïti-Kidnappping : "Ceux qui détiennent Blondine Tanis en otage doivent la libérer" , exige le Comité pour la Protection des Journalistes
La Journaliste Blondine Tanis lors d’une émission à la radio Renovation FM | Crédit Photo : Moïse DIDIER

« Ceux qui détiennent la journaliste haïtienne Blondine Tanis doivent la libérer immédiatement et les autorités haïtiennes doivent travailler pour établir des conditions de travail sûres pour les journalistes dans le pays », exige mercredi le Comité pour la protection des journalistes.

Lire aussi  Haïti-Insécurité : Un ancien ministre kidnappé

« La situation politique instable en Haïti a créé des conditions dans lesquelles les enlèvements représentent un risque majeur pour tout le monde dans le pays, y compris les journalistes. Ceux qui détiennent la journaliste de radio Blondine Tanis doivent la libérer immédiatement et sans condition », a déclaré Cristina Zahar, coordinatrice du programme Amérique latine et Caraïbes du CPJ, à São Paulo.

https://cpj.org/2023/07/haitian-radio-reporter-blondine-tanis-kidnapped-amid-wave-of-abductions/

«Les autorités haïtiennes doivent établir l’état de droit et veiller à ce que les journalistes, ainsi que la population haïtienne en général, puissent vivre leur vie sans craindre de devenir des otages. Les journalistes ne doivent pas être utilisés comme des pions dans les luttes de pouvoir en Haïti », avertit la responsable.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)