Accueil INSÉCURITÉ

Haïti : Le banditisme résulte de la tolérance sociétale, selon Stee Colin

137

Le pays face à la terreur des gangs. Partout les groupes armés prennent forme dans le pays. Chaque quartier est contrôlé par un groupe de bandits devant le plus grand silence de ceux qui sont appelés à diriger le pays. Une situation qui préoccupé Steeve.

LE FACTEUR HAÏTI, le 8 Mai 2022._Intervenant autour de ce climat de terreur qui fat rage en Haiti à l’occasion des funérailles de sa mère la Sr Simone Kesler St Fort Colin Joanis tenues à la Croix des Bouquest, le 7 mai 2022 Joanis, le Serviteur Steeve Colin reconnait que la population a sa part de responsabilité dans ce qui se passe dans les quartiers pris en otage par les gangs.

Ainsi dit-il : « Bandi pa egziste se tolerans popilsyon an ». A cela le natif de Cité Soleil pointe du droit la population qui autrefois s’était montrée plus vigilante aux affaires de sa communauté. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui se cherchent dans les groupes armés au lieu de les chasser ou de les dénoncer.

« Aujourd’hui il revient à la population d’abord de prendre en main sa destinée.Chaque fois que vous voyez de nouveaux visages dans le quartier, il faut mettre la police au courant. Si vous remarquez que des actions louches sont commises pour empêcher que le groupe prenne corps, il faut les chasser ou appeler les forces de l’ordre. Donc on doit les tuer dans l’oeuf », le Citoyen engagé pour la reconstruction du palais national.

En conclusion, l’exilé depuis trois ans aux Etats Unis d’Amérique croit aussi qu’il est urgent que ceux qui dirigent montrent à la population que les taxes qu’elle paie ne sont pas payées dans le vide.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)