Accueil ACTUALITÉS

Haïti : Le déploiement de la force multinationale bloqué par la Cour Suprême kényane

Autorisé par le Conseil de Sécurité des Nations Unies le 3 Octobre dernier, le déploiement de la force multinationale que le Kenya est prêt à prendre la tête est bloqué par la Haute Cour du pays. En effet, l’ordre d’arrêt du déploiement a été déposé par le chef du parti « Thirdway Alliance », Ekuru Aukot devant le juge Chacha Mwita, rapporte le média « The Standard ».

LE FACTEUR HAÏTI, le 9 Octobre 2023._Le déploiement de la force multinationale en Haïti avec le Kenya à sa tête est dans l’impasse! En fait, six (6) jours après l’autorisation du Conseil de Sécurité de l’ONU, l’envoi de la Mission de Sécurité avec 1000 policiers kenyans, est bloqué par la Cour Suprême du pays.

C’est du moins ce qu’on peut lire dans les colonnes du journal « The Standard ». Le média précise que l’ordre d’arrêt du déploiement a été émis par le juge Chacha Mwita.

Il a ajouté que l’affaire a été déposée par le chef du parti « Thirdway Alliance » Ekuru Aukot, précisant que le parti et son président Mururu Waweru sont répertoriés comme deuxième et troisième pétitionnaires.

Haïti : Le déploiement de la force multinationale bloqué par la Cour Suprême kényane
Des policiers Kényans | Photo : ALEXIS HUGUET / AFP

Opposés au déploiement de ladite force, les signataires de l’ordre d’arrêt ont poursuivi en justice le Président du Kenya William Ruto, le Professeur de Cour Suprême de l’Intérieur Kithure Kindiki, l’Inspecteur de police Japhet Koome, le Président de l’Assemblée Nationale, Justin Muturi et le Conseil de Sécurité Nationale du pays.

Lire aussi  Fort-Liberté : Manifestation d'adieu à Ariel Henry

Les pétionnaires sont disent contre du fait « qu’ il n’y a pas eu de réunion du Cabinet et il n’y a pas eu de résolution du Cabinet pour prouver que la procédure régulière avait été respectée », ont-ils écrit.

Haïti : Le déploiement de la force multinationale bloqué par la Cour Suprême kényane
L’envoi des policiers kényans en Haïti dans l’impasse | © The Standard

Dans leur argumentation, ils affirment que la Constitution kenyane de 2010 n’envisageait pas le déploiement de « policiers » dans des missions à l’extérieur du pays. Ils rappellent que selon la constitution, seules les « Forces de défense » du Kenya peuvent être déployées en dehors du Kenya, a rapporté le journal susmentionné.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)