Accueil ACTUALITÉS

Haïti : Le Gouvernement décrète le 7 juillet 2023 « journée de deuil national » en mémoire de Jovenel Moïse

787
Des Jovenelistes dressent le portrait de l'ancien locataire du Palais National/ CP : Auteur inconnu

Le vendredi 7 juillet 2023 est déclaré « journée de deuil national » sur tout le territoire haïtien pour marquer le 2ème anniversaire de l’assassinat de l’ancien Président de la République, Jovenel Moïse.C’est du moins ce qu’informe le Secrétariat de la Primature haïtienne dans un communiqué.

LE FACTEUR HAÏTI, le 4 juillet 2023._L’ancien Président d’Haïti, Jovenel Moïse a été assassiné le 7 juillet 2021, en son domicile, sis à Pèlerin 5 dans la Commune de Pétion-Ville, dans le Département de l’Ouest du pays.

Selon l’enquête judicaire en cours, le crime est l’œuvre d’un commando armé composé d’ex-militaires colombiens et d’Américains d’origine haïtienne à la suite d’un complot « ourdi » avec des personnalités haïtiennes dont le Pasteur Christian Emmanuel Sanon et le condamné Roodolph Jaar, entre autres.

En fait, le 7 juillet 2023 marquera les deux (2) ans du magnicide déroulé à Pèlerin 5.

Haïti-Insécurité : Menaces de mort contre des Greffiers
Un poteau d’indication placé à Pèlerin 5, photo prise le 7 juillet 2021/ Crédit Photo : Édris Fortuné

Pour marquer cette date « historique », le Secrétariat de la Primature haïtienne, dans un communiqué, a informé que le vendredi 7 juillet 2023 est déclaré « journée de deuil national » sur tout le territoire national.

Au cours de cette journée mémoriale, le Drapeau national sera mis en berne sur tout le territoire de la République, les discothèques et autres établissements assimilés resteront fermés et les stations de radio et de télévision sont invitées à programmer des émissions de circonstance », a précisé le Secrétariat de la Primature.

La famille présidentielle lors des obsèques de Jovenel Moïse le 23 juillet 2021 au Cap-Haïtien / CP : Associated Press

Aussi faut-il rappeler que depuis 23 mois, les clés du pouvoir se trouvent entre les mains d’Ariel Henry que Jovenel Moïse, avant son assassinat, avait nommé Premier Ministre. Ce dernier est soupçonné d’implication dans le crime pour s’être entretenu avec l’un des suspects clés en cavale, à savoir Félix Bagio Joseph, avant, pendant et après le déroulement de l’opération, selon l’enquête judiciaire.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)