Accueil POLITIQUE

Haïti : L’Observatoire Citoyen des Pouvoirs Publics Haïtiens favorable à une médiation pour résoudre la crise

96

La solution à la crise qui perdure dans le pays doit passer par une « médiation Professionnelle » entre les signataires des accords négocier une position commune. C’est du moins la proposition que l’Observatoire Citoyen des Pouvoirs Publics Haïtiens (OCAPH) a faite à ces derniers qui n’arrivent toujours pas à s’entendre depuis l’assassinat du Président Jovenel Moïse.

LE FACTEUR HAÏTI, le 7 Mars 2022._Dans un communiqué, l’Observatoire Citoyen des Pouvoirs Publics Haïtiens (OCAPH) se dit conscient du marasme sans précédent que connait le pays et l’aggravation du contexte politique avec l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet dernier. Un acte crapuleux qui laisse le pays dans une situation que le corpus juridique du pays n’avait pas prévue.

Depuis lors, la classe politique du pays pour arriver à un consensus minimum pour sortir le pays du chaos a déployé vainement des efforts. Malgré tout, les acteurs ont échoué.

Fort de cet échec, lObservatoire Citoyen des Pouvoirs Publics Haïtiens (OCAPH), déclare fermement qu’il est impératif qu’une issue soit trouvée dans le plus bref délai, afin de mettre un terme à la souffrance de la population. Aussi, force est de constater que le dénouement de la situation nécessite des sacrifices énormes de la part des protagonistes et des concessions mutuelles à consentir en vue d’arriver à une résolution conforme aux intérêts de la majorité.

Pour cela, l’Observatoire Citoyen des Pouvoirs Publics Haïtiens (OCAPH) encourage les protagonistes à faire appel à des médiateurs nationaux et internationaux expérimentés pouvant aider à mettre en place le cadre du dialogue politique afin de trouver une solution à cette crise qui ne fait qu’affaiblir davantage l’État haïtien.

Par ailleurs, OCAPH dit observer avec consternation une augmentation de l’insécurité en général et les cas de kidnapping en particulier. De ce fait, les responsables de cette structure dénoncent la passivité des acteurs qui ont la légitimité d’agir au nom de l’Etat. Ils leur rappelle qu’aucun sacrifice n’est trop grand pour sauver tout un pays.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)