Accueil INSÉCURITÉ

Haïti : Marche pacifique à Port-au-Prince pour réclamer justice en faveur du journaliste Maxiben Lazarre

179

À l’initiative du Collectif des Médias en Ligne (CMEL), une marche pacifique a été organisée ce mercredi 9 Mars 2022, à Port-au-Prince dans l’objectif de dénoncer l’assassinat des journalistes dont Maxiben Lazarre. Ce dernier a été tué le 23 février 2022, lors des manifestations d’ouvriers de la SONAPI, réclamant 1500 gourdes comme salaire minimum.

LE FACTEUR HAÏTI, le 9 Mars 2022._Des agents de la police nationale d’Haïti (PNH) sont accusés d’avoir assassiné le 23 février 2022, le journaliste Maxiben Lazarre, travaillant pour le compte de l’agence de presse en ligne « Roi des infos ».

Il a été exécuté à l’occasion de la première journée de la 3ème série de mobilisation d’ouvriers et ouvrières de la Société Nationale des Parcs Industriels (SONAPI) qui réclament 1500 gourdes comme salaire journalier.

Partant du Champ de Mars, plus précisément sur la place de la Constitution, les journalistes protestaires, accompagnés des membres de la famille de la victime, notamment son père, mettaient le cap sur le lieu oú le crime a été commis. Là, ils ont déposé un bouquet de fleurs en mémoire du journaliste.

Haïti : Marche pacifique à Port-au-Prince pour réclamer justice en faveur du journaliste Maxiben Lazarre

Sur leur parcours, ils étaient très hostiles contre le comportement qualifié de « Macoutte » affiché par les policiers dont leur mission est de protéger et Servir.

Présent à la marche, l’Avocat Me Arnel Rémy demande aux policiers de cesser de violer les droits des personnes dont les journalistes qui exercent leur fonction.

L’homme de loi en a profité pour invite l’Inspection Générale de la police nationale à identifier les policiers impliqués afin que la justice se prononce sur leur sort.

Haïti : Marche pacifique à Port-au-Prince pour réclamer justice en faveur du journaliste Maxiben Lazarre

Indignés par l’assassinat de leur confrère, les journalistes protestataires demandent au Ministère de la Santé Publique et de la Population à fournir de matériels aux médecins légistes afin qu’ils puissent réaliser l’autopsie du cadavre du travailleur de presse assassiné. Ce, disent-ils, pour faciliter la tenue de ses obsèques.

Pour le premier trimestre de l’année 2022, pas moins de trois (3) journalistes ont été assassinés dans l’exercice de leur fonction. John Wesley Amady et Peterson Louissaint tués à Laboule 12, ont été les deux premières victimes.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)