Accueil POLITIQUE

Haïti : MOPANH prend acte du choix du Dr Garry Conille comme premier Ministre de la transition et lui formule ses propositions

Img 20240530 Wa3434

Environ un mois après sa prise de fonction, le Conseil Présidentiel de Transition a choisi son premier Ministre pour diriger le Gouvernement de Transition. Il n'est autre que le Dr Garry Conille. En guise de réaction, le Mouvement des Organisations Politiques pour une Alternance Haïtienne (MOPANΗ) a félicité le futur locataire de la Primature pour le nouveau poste qu'il va occuper en Haïti.

LE FACTEUR HAÏTI, le 30 Mai 2024._En effet, au lendemain de la décision des membres du Conseil Présidentiel, le Mouvement des Organisations Politiques pour une Alternance Haïtienne (MOPANΗ), dans une note, dit prendre acte du choix de l'ancien Premier Ministre de Michel Joseph Martelly.

Les Dirigeants de MOPANH en profitent pour lui demander de mettre en place, en toute urgence, un gouvernement d'ouverture composé de techniciens, des gens ayant une certaine connaissance de l'administration publique et de l'expérience dans le secteur d'activité relatif à l'administration qu'il est appelé à diriger

Ils l'encouragent également à former le Conseil de Sécurité National ainsi que le Conseil Electoral Provisoire, entre autres.

Note du Bureau de Communication du Mouvement des Organisations Politiques pour une Alternance Haïtienne (MOPANΗ).

Après un peu plus de deux mois de la formation du Conseil Présidentiel de Transition (CPT), le Mouvement des Organisations Politiques pour une Alternance Haïtienne (MOPANH), prend acte du choix du Dr Garry CONILLE comme premier Ministre pour diriger les actions gouvernementales durant la période de transition. Par la même occasion, nous saluons et félicitons le futur locataire de la primature qui, parmi plus d'une centaine de candidats, a gagné la confiance des membres du CPT en dépit de la diversité des acteurs qui devraient se manifester pour rendre possible ce choix très délicat dans cette période de crise. Les défis qui vous attendent sont énormes...

Asphyxiée par les éxactions des groupes armés qui, pour la plupart sont des femmes et des enfants, une intervention rapide et urgente d'un gouvernement d'union nationale capable d'adresser avec soin les problèmes que confronte notre chère Haïti ne peut plus attendre.

En ce sens, nous voulons attirer l'attention première du gouvernement sur les principales victimes de l'offensive des groupes armés qui a couté la vie à d'innombrable d'innocents et mis de nombreuses familles au bord d'une catastrophe humanitaire sans précédent. Pour la plupart des personnes à mobilité réduite, des femmes et des enfants, ils sont nombreux à avoir laissé leur toît pour se réfugier dans des abris comme des bêtes sous l'effet de la terreur. D'autres ont fui la République pour se rendre dans des Pays voisins, loin de l'instabilité politique qui ne fait que ruiner la vie des jeunes malgré leur volonté de rester dans leur propre pays et de contribuer à son plus grand progrès.

Conscients des éxigences du moment dominé par la violence des groupes armés dans la capitale et certaines villes de province y ajoute la situation socio-économique non moins dégradante de la population haïtienne, nous tenons à vous soumettre ces points en guise de proposition:

  1. Mettre en place, en toute urgence, un gouvernement d'ouverture composé de techniciens, des gens ayant une certaine connaissance de l'administration publique et de l'expérience dans le secteur d'activité relatif à l'administration qu'il est appelé à diriger.

  2. Mettre en place un cadre de coordination et de coopération entre les institutions afin d'assurer des résultats concrets dans les actions gouvernementales.

  3. Créer un climat favorable à la création d'emploi et l'investissement afin de relancer l'économie nationale ruinée par des gangs armés qui ont nettement paralysé toutes les activités économiques, pillé et détruit les biens et infrastructures des particuliers, des entreprises et des biens publics.

  4. Etablir un plan pour le retour des personnes déplacées dans leurs maisons respectives avec des programmes d'accompagnement social. A voir le « Plan de réhabilitation et d'accompagnement Post-crise » de MOPANΗ.

  5. Mettre en place le conseil de sécurité national.

  6. Mettre en place le Conseil Electoral Provisoire

  7. Réalisation d'un Audit au sein de l'administration publique 8. Revoir la chaine d'éthique du pouvoir judiciaire

Pour authentication:

Nöel Patrick Jerry Coordonnateur Général

Garçon Job Porte-parole

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)