Accueil INSÉCURITÉ

Haïti : Poursuite des affrontements armés entre gangs rivaux à Mariani, des familles fuient leurs maisons

Vue partielle de la situation à Paloma/ Crédit Photo : LE FACTEUR HAÏTI (LFH)

Les gangs s’affrontent à nouveau ce dimanche 6 Mars 2022, à Mariani, zone située entre les Communes de Carrefour et Gressier, dans le Département de l’Ouest d’Haïti. Selon les informations dont detient la rédaction de l’agence, de nouvelles victimes sont à déplorer. Une situation qui a provoqué un embouteillage monstre au niveau de différents coins et recoins de la zone.Certaines familles qui ne savent à quel Saint se vouer, commencent à fuire leurs maisons.

LE FACTEUR HAÏTI, le 6 Mars 2022._Les affrontements armés entre les gangs rivaux se poursuivent jusqu’à ce dimanche à Mariani, plus précisément dans la localité de “Mondésir”.

Cette “guerre” provoquée par le gang de “Grand-Ravine” qui cherche à s’installer à Mariani avait fait lors du premier jour, pas moins de 4 morts dont un policier et plusieurs blessés par balles.

Des motards se regroupent, des piétons se précipitent, la tension monte à Mariani/ Crédit photo : LE FACTEUR HAÏTI (LFH)

À en croire plusieurs sources locales dignes de foi contactées par l’agence, Mariani a connu encore le même sort ce dimanche où de nouvelles victimes sont recensées.

Celles-ci ont été enregistrées suite à des échanges de tirs entre deux groupes qui se positionnent respectivement à Mariani 2 et à proximité de “l’abattoir”.Une situation de tension qui entraîné un long blocus allant de Mariani 3B jusqu’à Mariani 13B.

Par ailleurs, dans la zone de “Paloma”, leurs rues sont désertes, confirment nos sources concordantes.

Vue partielle de la situation à Paloma/ Crédit Photo : LE FACTEUR HAÏTI (LFH)

En réponse, des agents de la police nationale d’Haïti (PNH) accompagnés des membres de la population civile sont mobilisés pour tenter de repousser les gangs.

Toujours est-il, des tirs nourris sont actuellement ( 4h56 PM), entendus à Mariani et ses environs.Aussi, des pneus enflammés sont constatés et certaines familles commencent à fuire leus maisons.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)