Accueil ACTUALITÉS

Haïti : Radiographie de la journée de mobilisation contre l’insécurité, la vie chère et la rareté de carburant

722

Plusieurs villes d’Haïti ont répondu, ce lundi 22 Août 2022, à l’appel à la mobilisation lancée par le leader de la Plateforme « Pitit Desalin », Moïse Jean-Charles afin de manifester contre la rareté de carburant, la vie chère ainsi la recrudescence des actes de criminalité, entre autres,dans le pays.En effet, à Miragoâne, aux Cayes, à Jacmel jusqu’à la Capitale en passant par Delmas pour rallier la Ville du Cap-Haïtien, la tension avait monté d’un cran. Pour preuve, deux (2) morts et plusieurs blessés par balles sont à déplorer, ajoutant l’incendie de trois (3) motocyclettes.

LE FACTEUR HAÏTI, le 22 Août 2022._Révoltée par la situation socio-économique, politique et sécuritaire d’Haïti, la Plateforme « Pitit Desalin  » lancé pour ce lundi 22 Août 2022, un appel à la manifestation afin de dénoncer certains problèmes auxquels le pays est confronté depuis plusieurs mois.C’est le cas de la vie chère, la rareté de carburant et l’insécurité galopante ainsi que la démission du Premier Ministre Ariel Henry.

Une journée qui, selon les organisateurs, est une réussite en raison du fait  les activités commerciales et de transport en commun, entre autres, étaient toutes paralysées au niveau de différentes communes du département de l’Ouest et des villes de province.

D’abord, à Port-au-Prince, peu de personnes avaient été vues dans les rues pour vaquer à leurs occupations. Cela résultait d’un manque de moyens de transport en commun à travers les rues.

Haïti : Radiographie de la journée de mobilisation contre l'insécurité, la vie chère et la rareté de carburant
Mouvement de protestation à Port-au-Prince / CP : LE FACTEUR HAÏTI LFH

À Delmas, c’était pratiquement le cahos ! De très tôt, trois (3) motocyclettes avaient été incendiées entre les zones de Delmas 38 et 41 au début d’un mouvement de protestation des motards contre l’indisponibilité des produits pétroliers dans les pompes ainsi que la hausse du prix du gallon d’essence sur le marché informel.

De là étant, un chauffeur de motocyclette a été sévèrement battu par un policier à bord d’une patrouille sans plaque d’immatriculation.La victime est accusée d’avoir forcé des enfants à dresser des pneus enflammés sur la voie publique. Tout s’est déroulé au Carrefour de l’Aéroport, a constaté un Reporter de l’agence.

Quelques heures plus tard, des affrontements s’éclataient à Delmas 38 entre des manifestants et un groupe de civils armés. Des échauffourées qui ont causé la mort de deux (2) personnes dont un militant politique du mouvement appelé « Esklav Revòlte », identifié sous le nom de Nelson Vincent. Selon Wilguens Charles, l’un des chefs de file de cette structure, le nommé « KEKE » est accusé d’être l’auteur de l’assassinat du militant en question.

Haïti : Radiographie de la journée de mobilisation contre l'insécurité, la vie chère et la rareté de carburant
Le cadavre du militant tué/ Photo extraite dans une vidéo prise par VBI

Certaines villes de province avaient aussi emboîté le pas. Sous les eaux de pluies, la ville a été complètement paralysée. En effet, des images publiées par « Cayes Infos » en témoignent. Selon ces prises de vue, plusieurs rues ont été barricadées de très tôt jusqu’à la fin de la journée.

À Jacmel, plusieurs centaines de personnes s’étaient descendues dans les rues. Le long de leur parcours, elles ont dénoncé la vente illicite des produits pétroliers dans la ville et ont aussi continué de réclamer la démission du premier ministre Ariel Henry qui, scandent-ils, n’a rien entrepris comme démarche utile à l’amélioration des conditions de vie de la population.

À Beaumont, la route donnant accès à la route nationale #7 est bloquée pour les mêmes revendications.

Haïti : Radiographie de la journée de mobilisation contre l'insécurité, la vie chère et la rareté de carburant
Des troncs d’arbres érigés sur la route de Beaumont / CP : Auteur (e) inconnu (e)

Dans les Nippes, de vagues de mouvements ont été constatés. Des membres de la population de Miragôane, portant T-shirts de couleur noire, ont gagné les rues afin d’exiger eux-aussi, le gouvernement d’Ariel Henry à assumer ses responsabilités  pour améliorer les conditions des citoyens.

Sous un ciel nuageux, des centaines de personnes y ont défilé pour dénoncer l’ incapacité de l’équipe au pouvoir à remplir sa mission. Entre l’insécurité , la rareté de carburant, la vie chère avant l’ouverture des classes, les habitants disent n’en peuvent plus.

Fort de tout cela, les manifestants demandent aux autorités gouvernementales d’entendre leurs cris de détresse et de voler à leur secours.

Haïti : Radiographie de la journée de mobilisation contre l'insécurité, la vie chère et la rareté de carburant
Des centaines de Capois (es) dans les rues/ CP : Auteur (e) inconnu (e)

Au Cap-Haïtien, c’était une marée humaine que Moïse Jean-Charles a drainée derrière lui.Hormis les revendications susmentionnées, les Capois et Capoises dénoncent le « Black-out » pour lequel ils paient des bordereaux à l’EDH depuis plus d’un ans.

Brandissant des pancartes sur lesquelles se sont inscrits l’ensemble de leurs problèmes, ils appellent à l’intervention urgente de l’État afin d’alimenter la Cité christophienne en énergie électrique.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)