Accueil INSÉCURITÉ

Haïti-Sécurite : L’État failli, les gangs gouvernent

1679

“Gonaïves n’est pas Martissant” cette déclaration choc de Frantz Elbé, le numéro 1 de la Police Nationale d’Haïti a défrayé la chronique depuis le début de cette semaine. Le Commandant en chef par intérim de la Police a lâché ces mots aux Gonaïves le 28 décembre 2021, en marge de la préparation devant accueillir le chef de la Primature , le Dr Ariel Henry. Cette déclaration, pour la moindre, est irresponsable et insoucieuse. Venant de l’un des premiers responsables de la sécurité du pays, cette approche laisse entrevoir « l’état de notre État ». Amorphe, moribonde, en chute libre, les expressions ne manquent pas pour le qualifier.

Le Facteur Haïti, le 3 janvier 2021._En effet, la déclaration de l’actuel responsable de l’institution policière, Frantz Elbé, est à prendre très au sérieux. Car, elle symbolise le manifeste des autorités haïtiennes sur la question de sécurité. Les concernés ne sont pas encore intéressés à pencher, du moins, à aborder le problème de l’insécurité grandissante à travers le pays. En parlant de priorité, ce n’en est pas une. Voilà en quoi l’on peut résumer la récente déclaration du numéro de la PNH. Donc, ces pertes en vie humaine recensées uniquement à Martissant semblent n’atteindre pas le niveau d’humanisme des hommes et femmes au pouvoir. Doit-on rappeler que tout État a l’impérieuse obligation de garantir le droit à la vie et à la sécurité publique de son peuple , car c’est le premier des droits.

En tout cas, ce comportement indécis du Directeur Général a.i Frantz Elbé, peut être pris pour un prototype du laxisme de l’État haïtien d’une part, et du gouvernement d’autre part. Déjà imposants dans leurs lois, les bandits armés deviennent la seule catégorie sociale qui profite de cette légèreté de ce gouvernement (des différents d’autres d’ailleurs). Comme quoi, c’est inhérent chez l’État haïtien de faire fi de l’insécurité.

Haïti-Sécurite : L'État failli, les gangs gouvernent
Frantz Elbé, Directeur Général a.i de la Police Nationale d’Haïti (PNH)/ Photo : Ted Actu

Conséquemment, les bandes armées se multiplient et se renforcent. Aux yeux et au su de tout le monde, même aux yeux des responsables de sécurité du pays, les bandits font la pluie et le beau temps. Ils ont pris en otage un Commissariat. Peu avant la déclaration maladroite du numéro 1 de la PNH, des hommes armés non identifiés ont criblé par balles des passagers à bord d’un muni-bus. Ô Combien révoltant a été ce carnage, aucune autorité n’a fait mention de ce drame jusqu’à date. On dirait que nous sommes passés d’un niveau d’être humains à un stade d’extraterrestre. Pas possible !

Les gangs ne sont pas à leur coup d’essai! Ils sont tellement habiles et puissants, à maintes reprises, ils ont défié l’autorité de l’État. Leurs exactions peuvent en dire long.

Haiti: Martissant sent le sang
Des rues désertes à Martissant/ Photo extraite dans une vidéo lors d’une attaque armée contre un autobus dans la zone

Durant toute l’année 2021 et ceci depuis pratiquement 2 ans, ces hommes imposent leur loi à la République. Mais, plus près de nous, ils ont posé des actes révoltants. D’abord, le 27 novembre 2021, le Ministre de l’Intétieur et des Collectivités Territoriales, Liszt Quitel , accompagné des agents de différentes unités de la police nationale d’Haïti (PNH), a failli laissé sa peau à Cité Soleil, alors, il tentait de se rendre au Terminal de Varreux dans l’objectif d’ordonner et favoriser le déplacement des camions-citernes pour l’approvisionnement des pompes à essence .

Haïti- Kidnapping : Liszt Quitel dans la tourmante
Liszt Quitel, Ministre de l’intérieur et des collectivités territoriales, faisant aussi office de Ministre de la Justice et de Sécurité Publique/ Photo : Internet

Il a été mis en déroute par les hommes armés soupçonnés d’être membres du gang « G9 en famille et Alliés ». Il a fallu l’intervention des policiers pour l’évacuer de la zone!

Ensuite, soit quatre semaines plus tard, le 17 octobre 2021, Ariel Henry, premier Ministre de son État, a été défié par des gangs soupçonnés d’être membres du « G9 », à l’occasion des 215 ans de l’assassinat de Jean-Jacques Dessalines. En conséquence, la fédération des gangs baptisée « G-9 en famille et alliés » dirigé par l’ancien policier Jimmy Chérisier alias Barbecue, a empêché le Chef du Gouvernement de déposer des gerbes de fleurs au Pont-Rouge, en mémoire du Père de la nation.

Défiés , Ariel Henry et d’autres officiels de la délégation en sont sortis bredouille en dépit des 20 millions de gourdes décaissés en faveur de G9, si l’on croit les révélations de Me Samuel Madistin sur les ondes de la radio Magik9 quelques heures après.

Haïti-Politique : Vers la signature d'un Accord Politique
Le Premier Ministre Ariel Henry / Photo Primature Haïtienne

Après avoir pris leurs jambes à leur cou, le Premier Ministre Ariel Henry et d’autres membres de son gouvernement s’étaient rendus dans les jardins du Musée du Panthéon National Haïtien (MUPANAH) afin de continuer la possession florales en mémoire de l’Empereur Jacques 1er.

En plus, depuis le début du mois de novembre, le pays faisait face à une rareté de carburant. Les gangs s’étaient grandement impliqués car ils détournaient plus d’un camion-citerne et réclamaient de fortes sommes pour faciliter l’approvisionnement les pompes.

L’ironie de l’histoire, c est que c’est le chef de file de la fédération des gangs « G9 en famille et alliés », Jimmy Chérisier, dit « Barbecue », qui a autorisé en date du 12 novembre 2021, la reprise des activités au Terminal de Varreux, situé à Cité Soleil, Commune du département de l’Ouest du pays.

Haïti-Sécurite : L'État failli, les gangs gouvernent
Des chefs de gangs dont l’ancien policier Jimmy Chérisier ( Barbecue) exhibent leurs armes de hauts calibres/ Photo : Washington Post

L’ancien policier de l’UDMO converti en bandit a dit observer une trêve d’une semaine pour faciliter la livraison de l’essence dans les stations-services. Et après son mot d’ordre, le constat était patent!.

En cette fin d’année de 2021, les ex-rebelles de 2004 à Raboteau ont boycotter la célébration des 218 dans de l’Indépendance d’Haïti à cause de la Présence du Premier Ministre Ariel Henry. Présents aux Gonaïves afin d’assister à la traditionnelle messe, le Premier Ministre et d’autres officiels du gouvernement ont célébré le jour de l’an dans le sang car, un mort et pas moins de 4 blessés par balles ont été recensés.

Haïti-Sécurite : L'État failli, les gangs gouvernent
Des officiels du gouvernement assistent à la messe à la Cathédrale des Gonaïves à l’occasion de la célébration du 218ème anniversaire de l’Indépendance d’Haïti/ Photo : Compte Twitter du Premier Ministre Ariel Henry

Ensuite, la délégation a quitté la Cité de l’indépendance sous les balles et ont tous failli laisser leur peau. Chassé par des individus armés des Gonaïves, en arrivant à Port-au-Prince, le chef du gouvernement à déclaré n’avoir pas peur de bandits.Or, le sang coule à flots au bas de Delmas pour la prise du quartier appelé « Mayard »!

[Mise à jour 16 Mai 2022]…De janvier 2022 au mois de Mai de la même année, pas mal d’évènements se sont produits en Haïti.Les plus récents sont les affrontements sanglants éclatés dans la Plaine du-Cul-de-Sac entre les gangs « 400 Mawozo et Chyen Mechan ». Selon le dernier bilan présenté par le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH), pas moins de 148 personnes ont perdu la vie lors de la guerre des gangs rivaux.

Toujours selon le RNDDH, au moins 81 maisons et 57 véhicules ont été aussi incendiés par des bandits armés qui s’entretuent pour contrôler des territoires à Croix-des-Bouquets. En revanche, a fallu l’intervention en catimini de la police nationale d’Haïti pour tenter de traquer les fauteurs de trouble.

Haïti-Sécurite : L'État failli, les gangs gouvernent
Des déplacés de Croix-des-Bouquets/ Crédit Photo : Ralph Tedy Erol

Les cruciens et cruciennes n’ont pas été les seuls habitants à être aux abois face aux demonstrations de force des gangs. À Cité Soleil, la population avait connu le même sort au début du mois de Mai. La guerre entre les membres des gangs G-9 et GPÈP est à la base de cette situation qui a entraîné la mort d’au moins une vingtaine de personne suivie la blessure de plus de 40 autres, selon Joël Janeus, l’un des agents exécutifs intérimaines de la Commune de Cité Soleil.

À défaut de Croix-des-Bouquets, Tabarre ou encore Cité Soleil, le quartier de Pernier devient depuis plusieurs jours le lieu de combat entre la police et des civils armés. Attaques armées, mort d’hommes, scènes de pillage suivie d’incendie, ont été, entre autres, des dégâts causés dans cette zone située dans la Commune de Pétion-Ville, département de l’Ouest du pays.

Haïti-Sécurite : L'État failli, les gangs gouvernent
Une station-service saccagée et incendiée vendredi par des gangs lors d’une opération policière à Pernier/ Crédit Photo : Anonymat

Si les premiers éléments d’informations laissent croire que tout s’est produit en représailles aux opérations musclées menées par la police, d’autres ont assumulé ces faits à une division entre les alliés « Vitelhomme Innocent (chef de gang de Torcell) et Gabriel ou encore Ti Gabi (chef de gang de Fatima) » qui fait suite à un kidnapping enregistré vendredi soir dans la zone.

Et Malgré tout, le gouvernement n’a pipé mot Sinon que des éternelles promesses pour la consommation de l’opinion publique.Donc, le constat est patent. L’État failli, les gangs gouvernement.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)