Accueil SÉCURITÉ

Haïti-Sécurité : Rameau Normil annonce la fin du « règne » des gangs 

Rameau Normil, Directeur Général a.i de la police Nationale d'Haïti | © Facebook

Le Directeur Général a.i de la police Nationale d’Haïti, Rameau Normil a annoncé, lors d’un point de presse conjoint avec le Commandant en chef de la mission kenyane en Haïti, Godfrey Otunga, le lundi 8 Juillet 2024, la fin du « règne » des gangs armés. « Finie la recréation », a-t-il signifié aux bandits qui contrôlent 80% de territoires dans la Capitale.

LE FACTEUR HAÏTI, le 8 Juillet 2024._Quinze (15) jours après son retour aux commandes de la Police Nationale d’Haïti, le Directeur Général a.i Rameau Normil, en compagnie de Godfrey Otunga, le chef de la mission kenyane en Haïti, s’était présenté le lundi 8 Juillet 2024, par devant la presse. L’objectif du point de presse était de communiquer à la population haïtienne l’ensemble des planifications en cours concernant les opérations visant à démanteler les gangs armés.

D’entrée, le Commandant et chef de la Police haïtienne Rameau Normil a appelé toutes les forces du pays à agir vite pour résoudre le problème de l’insécurité qui plombe le pays. Et pour y arriver, le Directeur Général a.i de la PNH informé avoir organisé plusieurs rencontres avec la délégation kenyane en Haïti dans l’objectif d’apporter des réponses appropriées pour aborder de façon efficace et efficiente la problématique de l’insécurité.

Pour mieux aborder la question sécuritaire afin de maîtriser les bandits pour les mettre hors d’état de nuire, Rameau Normil dit avoir pris les 15 premiers jours de son mandat pour évaluer et planifier son agenda de travail.Il a ensuite sollicité la collaboration et l’accompagnement de la population pour réussir à traquer les gangs.

Haïti-Sécurité : Rameau Normil annonce la fin du « règne » des gangs 
Point de presse conjoint entre la police haïtienne et la police kenyane| © Facebook

De retour à la tête de l’institution policière, Rameau Normil dit également constater que 7 communes d’Haïti n’ont pas de présence policière et les Commissariats et Sous-Commissariats sont vidés de leurs occupants. Une situation profitable aux gangs qui s’attaquent aux infrastructures policières.

Lire aussi  Déploiement de la force multinationale en Haïti : Des experts canadiens en Jamaïque pour former les troupes caribéennes

Fort de ce constat, le successeur de Frantz Elbé dit prendre des dispositions visant à faciliter le retour de tous les policiers et de toutes les policières à leurs postes d’affectation tout comme les familles chassées par les gangs à retrouver leurs maisons. Est-ce pourquoi, ajoute t-il, qu’il a renforcer l’effectif des policiers cantonnés à la base de la BOID, au Fort National.

En ce concerne la date du début des opérations dans l’Ouest, notamment dans les foyers de gangs, le #1 de la PNH a brouillé les pistes. « Pas de jour ni de date pour le déroulement des opérations.Sans attendre, un bon matin, la population se reveillera et verra les bandits traqués, stoppés et neutralisés », a déclaré haut et fort Rameau Normil en faisant réference aux opérations de dimanche qui ont abouti à la reprise du contrôle de l’Hôpital de l’Université d’État d’Haïti communément appelé « l’Hôpital Général ».

Haïti-Sécurité : Rameau Normil annonce la fin du « règne » des gangs 
Rameau Normil, Directeur Général a.i de la police Nationale d’Haïti | © Facebook

Il a ajouté que : « nous sommes au courant du mode d’opération des gangs et leur fonctionnement. C’est pourquoi nous venons avec de nouvelles stratégies pour traquer les criminels où ils sont », promet-il.

En guis de conclusion, le Directeur Général a.i de la police Nationale d’Haïti a déclaré que sa présence et celle du chef de la mission kenyane témoignent leur volonté à informer les bandits armés de la « fin de la recréation » afin que le concept de « territoires perdus » ne soit plus d’actualité , car l’État doit les récupérer .

« Le sang de nos vaillants frères et vaillantes sœurs ne doivent pas couler en vain. Gardez le calme et restez confiants, je donne garantie au peuple haïtien qu’il pourra bientôt circuler librement sur le terrotoire national en toute sécurité », a t-il conclu.

LE FACTEUR HAÏTI ( LFH)