Accueil JUSTICE

Haïti : Sous le coup d’un mandat d’amener pour corruption, Jean Michel Lapin se présente comme un « honnête serviteur de l’État »

439
Les larmes de crocodile de Jean Michel au moment où il a été remplacé à la Primature ( Crédit Photo : Archives )

L’ancien Premier Ministre, Jean Michel Lapin se trouve parmi les anciens Hauts Fonctionnaires de l’État faisant l’objectif d’un mandat d’amener de la part du juge Al Duniel Dimanche pour corruption et complicité de Corruption. En réponse au Magistrat instructeur, l’ancien locataire de la Primature haïtienne dénonce sa décision qu’il qualifie « d’illégale, déloyale et inconstitutionnelle » dont l’objectif vise à ternir son image d’honnête et irréprochable serviteur de l’État.

LE FACTEUR HAÏTI, le 7 Janvier 2024_Au lendemain de la publication du mandat d’amener que le Juge Al Duniel Dimanche a émis le vendredi 5 Janvier 2024, à son encontre pour corruption et complicité de corruption ayant rapport avec le Centre National d’Équipements (CNE), l’ancien Premier Ministre Jean Michel Lapin a réagit.

En effet, dans un communiqué qu’il a publié, l’ancien locataire de la Primature a d’abord précisé qu’il n’a reçu aucune notification de la part du Magistrat instruisant l’enquête concernant la corruption au CNE.

Les larmes de crocodile de Jean Michel au moment où il a été remplacé à la Primature ( Crédit Photo : Archives )

Ensuite, Jean Michel Lapin a persisté et signé qu’à aucun moment de ses 32 ans de carrière de fonctionnaire publique et de son passage à la Primature en étant Premier Ministre, il n’a jamais eu à instruire, directement ou indirectement, le Centre National d’Équipements (CNE).

Aussi, il dit n’avoir jamais requisitionné ou sollicité l’utilisation d’un quelconque équipement de cette institution à ses fins personnelles ou bien pour des proches.

Jean Michel Lapin, ancien Premier Ministre haïtien, sous le coup d’une mandat d’amener pour corruption ( Photo : Primature)

Jean Michel Lapin qui se dédouane des accusations de l’Unité de Lutte contre la Corruption (ULCC), dit dénoncer une manœuvre jugée « illégale, déloyale et inconstitutionnelle » du juge instructeur Al Duniel Dimanche visant à ternir l’image de sa personne en tant qu’honnête et irréprochable serviteur de l’État.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)