Accueil ACTUALITÉS

Haïti : Un cas de choléra confirmé à Port-au-Prince et d’autres suspectés à Cité Soleil, selon le MSPP

706

La détection d’un cas confirmé de choléra à Savane Pistache/ Décayette, dans la Commune de Port-au-Prince et des cas suspects à Brooklyn, un quartier situé à Cité Soleil, dans le département de l’Ouest d’Haïti, sont annoncés par le Ministère de la Santé Public et de la Population (MSPP), dans un communiqué daté du samedi 1er Octobre 2022. L’institution, en revanche appelle au respect des mesures d’hygiène afin de circonscrire cette nouvelle flambée.

LE FACTEUR HAÏTI, le 2 Octobre 2022._Une nouvelle flambée de choléra est en vogue en Haïti, notamment dans plusieurs communes du Département de l’Ouest, selon un communiqué du Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP).

Selon les autorités sanitaires haïtiennes, la détection d’un cas confirmé du virus a été recensé à Savane Pistache/ Décayette, zone située dans la Commune de Port-au-Prince.

Et, en plus de cette confirmation, elles ont mentionné des cas suspects à Brooklyn, à Cité Soleil, peut-on en lire.

Face à la réapparition du virus, le Ministère de la Santé Publique dite compter sur la collaboration de la population tout en prenant des dispositions nécessaires pour circonscrire cette flambée.

Cette prévention peut se faire par la recherche active communautaire des cas similaires, leur gestion et la réponse communautaire.

Plus loin, pour éviter d’attraper le choléra, qui par le passé, avait fait des milliers de morts en Haïti, le MSPP recommande à tout un chacun de prendre toutes les mesures d’hygiène adéquates, à s’avoir le lavage des mains, la consommation d’eau potable, la protection des aliments et l’utilisation des latrines pour la défection, entre autres.

Et, en fin de compte, toute personne présentant une diarrhée aiguë et profuse, doit se rendre immédiatement au centre de santé le plus proche, conseillent les responsables.

À rappeler que des Soldats Népalais travaillant pour le compte de la MINUSTHA ont été accusés de contaminer la population haïtienne par ce virus.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)