Accueil SÉCURITÉ

Haïti : Un parti d’opposition kényane refroidit le déploiement des policiers à Port-au-Prince

Des policiers kenyans / Crédit Photo : TheStarKenyan

Alorsqu’un premier contingent de policiers kenyans est attendu à Port-au-Prince le 23 Mai 2024, le parti d’opposition Alliance troisième voix continue d’œuvrer pour barrer la route au Gouvernement du Kenya. Le chef de file du parti, Ékuru Aukot a déposé le 16 mai 2024, un nouveau recours devant un tribunal de Nairobi. Sa nouvelle action en justice a pour but de contraindre le déploiement de policiers kényans en Haïti.

LE FACTEUR HAITI, le 17 Mai 2024._En dépit du mémorendum signé en février dernier entre les Gouvernements kényan et haïtien, l’opposition kényane ne donne pas carte blanche au Président William Ruto pour le déploiement de 1000 policiers du pays en Haïti.

Le Parti Alliance troisième voix qui, dès le départ, s’oppose à l’envoi en Haïti des policiers kenyans pour aider la police haïtienne à mater Les gangs, campe sur sa position.

En effet, le jeudi 16 Mai, les Dirigeants dudit Parti dont le Président Ékuru Aukot, ont déposé devant UN tribunal de Nairobi (la Capitale du Kenya) un nouveau recours contre un éventuel débarquement des troupes kénayanes sur le sol haïtien à travers la Mission Multinationale de Soutien à la Sécurité.

Des policiers Kényans | Photo : ALEXIS HUGUET / AFP

« Après le jugement du 26 janvier, l’ancien Premier ministre haïtien Ariel Henry est venu au Kenya pour signer un accord officiel. Le jugement est très clair : la demande d’une intervention kényane en Haïti doit être faite selon la Constitution kényane par un président démocratiquement élu. Ariel Henry n’a jamais été élu et sa nomination aurait dû être approuvée par le Parlement… Or, en ce moment, il n’y a pas de Parlement en Haïti. Donc, il s’est maintenu au pouvoir illégalement pendant trois ans.Le gouvernement kényan quant à lui ne respecte pas la loi, poursuit ce déploiement et tout cela est chorégraphié en raison de la visite de William Ruto aux États-Unis. », a notifié le Parti dans son nouveau recours, arguant que les autorités kényanes ont fait outrage à la justice, selon un article publié dans les colonnes de RFI.

74385487 51745454
Le déploiement des policiers kenyans traîne et fait beaucoup plus de débats après à la démission du Premier Ministre Ariel Henry (Photo : The Kenyan Star)

Entre temps, la Haut Cour de Nairobi donne jusqu’au 12 juin pour signifier un procès a certains membres du Gouvernement kenyan.

Or, la semaine écoulée, plusieurs médias étrangers avaient rapporté que des policiers kenyans ont été rappelés pour une formation en créole et français en prélude à leur déploiement en Haïti prévu le 23 Mai 2024.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)