Accueil ACTUALITÉS

Haïti-Vente illicite du carburant : La justice met des pompes à essence sous scellés

306

Les autorités judiciaires haïtiennes mettent sous scellés sur deux (2) pompes à essence fdans la Commune de Pétion-Ville, dans le département de l’Ouest d’Haïti. Elles ont posé l’action lors d’une visite d’inspection d’une délégation du ministère du Commerce ayant à sa tête, le Ministre Ricardin Saint-Jean.Cette sortie a eu pour objectif de lutter contre le « marché noir ».

LE FACTEUR HAÏTI, le 18 juillet 2022._ Au moins douze (12) stations d’essence implantées à Pétion-Ville, Commune du département de l’Ouest d’Haïti sont inspectées ce lundi par une délégation du Ministère du Commerce et de l’industrie (MCI). Les responsables du MCI étaient accompagnés des autorités judiciaires, entre autres.

Au cours de cette visite d’inspection qui a pour objectif de combattre le « marché noir » ou encore la « vente illicite » des produits pétroliers sur le marché national, la justice haïtienne met sous scellés deux (2) pompes à essence à Pétion-Ville.

Hormis les deux (2) stations d’essence mises sous scellés, dix (10) autres sont interdites de vente et de livraison du carburant, a confirmé le ministre du Commerce, Ricardin Saint-Jean. Or, ces pompes ont leurs tankers remplis de produits, selon nos informations.

Haïti-Vente illicite du carburant : La justice met des pompes à essence sous scellés
Des personnes en quête d’une goutte de carburant/ Crédit Photo : Schneider Mintor / LE FACTEUR HAÏTI

Cette intervention du ministère à travers les rues de Pétion-Ville est survenue environ quelques jours après la publication d’une communiqué rappelant l’interdiction à quiconque de vendre les produits pétroliers sur le marché. Cela n’empêche pas la vente du gallon au prix de 1500 gourdes, témoignent des chauffeurs.

En conséquence, ces derniers avaient manifesté à travers les rues de Delmas et de Petion-Ville la semaine écoulée en vue de protester contre la rareté du carburant ainsi que la hausse du prix dans les pompes.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)