Accueil ACTUALITÉS

Jacmel-Carnaval : Un sponsor clé décline sa participation

Alors que l’agent exécutif intérimaire de Jacmel, Macky Kessa s’est montré confiant quant à la réalisation des activités carnavalesques pour cette année, les acteurs quant à eux, ne cessent d’exprimer leurs préoccupations.

LE FACTEUR HAÏTI, le 19 Janvier 2023._Le dimanche 15 janvier c’était le premier dimanche pré-carnavalesque. Tant bien que mal, des centaines de carnavaliers (res) ont quand même gagné la rue de Jacmel, une ville sans électricité, bourrée de déchets, pour prendre part au défilé de bandes à pieds.

« Sirop Distribution », un sponsor clé aux dernières éditions de carnavals à Jacmel, dans le Sud’Est, décide de ne pas participer aux défilés pour cette année. Pour justifier cette décision, l’entreprise évoque la situation socio-économique du peuple haïtien qui n’est pas propice à l’organisation de cette festivité.

« Tenant compte de la situation socio-économique du peuple Sudesois nous nous trouvons dans l’obligation morale d’investir dans d’autres choses qui pourraient porter une amélioration aux desideratas du peuple haïtien », a écrit cette compagnie dans une note de presse.

Jacmel-Carnaval : Un sponsor clé décline sa participation

Jacmel est l’une des villes où la cherté de la vie ne cesse de connaître une remontée exponentielle. La majorité des produits de première nécessité sont venus de la République Dominicaine. La Compagnie « Sirop Distribution » croit qu’investir dans l’agriculture pour diminuer cette dépendance ce serait mieux.

« Nous continuons à investir dans la formation pour les associations paysannes et à leur donner des semences pour cultiver la terre, nous continuons à permettre le fonctionnement des hôpitaux publics en leur donnant les carburants pour alimenter leur géneratrice, nous continuons à investir dans l’éducation et la formation pour les jeunes », poursuit ce note.

Rappelons que la majorité des millions de gourdes promises à la Mairie pour l’organisation du carnaval antérieur ne sont pas encore décaissées.

LE FACTEUR HAÏTI/ Christophe NOËL