Accueil EDUCATION

Marfranc (Grand-Anse) : Marche pacifique d’étudiants pour exiger la révocation de la Directrice de l’École Normale d’Instituteurs

Mouvement revendicatif des étudiants de l'école normale d'instituteurs de Marfranc | Crédit photo : Adler Antoine

À l’initiative des étudiants de l’École Normale d’Instituteurs de Marfranc, dans la Grand’Anse, une marche pacifique a été organisée ce lundi 29 mai 2023, dans le but de réclamer la révocation de la Directrice de ladite école, Marie Antoinette Monclair. La Responsable est accusée d’infliger de mauvais traitements aux étudiants et d’ajuster à sa guise les frais de scolarité.

LE FACTEUR HAÏTI, le 29 mai 2023._La Directrice de l’École Normale d’Instituteurs de Marfranc, dans le département de la Grand-Anse, Marie Antoinette Monclair est l’objet nombreuses victimes de la part des Étudiants de ladite école.

Ses étudiants et étudiantes l’accusent de les avoir infligé de mauvais traitements au sein de l’institution.

En conséquence à son comportement, une marche pacifique a été réalisée ce lundi pour exiger sa révocation.

Mouvement revendicatif des étudiants de l’école normale d’instituteurs de Marfranc | Crédit photo : Adler Antoine

Pour exprimer leur désolidarisation envers Mme Marie Antoinette Monclair, ils ont marché depuis Marfranc jusqu’à Jérémie, chef-lieu du département de la Grand-Anse où se trouve le Bureau du Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle afin d’exposer leurs griefs aux responsables.

Le long de leur parcours, ils ont brandi des pancartes à travers lesquelles ils ont craché leurs revendications.

‘Nous réclamons de l’assistance en faveur des étudiants et pour l’école normale d’instituteurs de Marfranc. Nous optons aussi pour un changement de dirigeants, en passant par la Directrice Marie Antoinette Monclair”, peut-on en lire.

Les protestataires explosent leurs revendications | Crédit photo : Adler Antoine

Selon les déclarations des protestataires au micro d’Adler Antoine, la Directrice s’amuse à augmenter les frais de scolarité qui, jadis, était de 5000 gourdes.

Au fil des ans, le prix passe de 5000 à 12000 gourdes. Pour cette année, on a versé en tout 16 200 gourdes, alors qu’on apprend que lors de la dernière réunion entre les dirigeants de l’école, la Directrice a persisté et signé que pour la prochaine année, les étudiants et étudiantes paieront 25 000 gourdes”, ont dénoncé les protestataires au micro d’Adler Antoine.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)