Accueil DROITS HUMAINS

Mexique : Au moins 40 morts dans l’incendie d’un centre de migrants

983
Intervention des autorités locales dans le camp des Migrants/ Crédit Photo : Reuters

Un centre d’accueil destiné aux migrants est parti en fumée dans la nuit du lundi 27 au mardi 28 Mars 2023, au Mexique, à Juarez, à la frontière avec les États-Unis. Selon les premiers chiffres communiqués par les autorités mexicaines, le sinistre a fait au moins 40 morts et des dizaines de blessés graves. Les migrants, pour la plupart des Vénézuéliens, seraient à l’origine du drame, selon les dirigeants du pays.

LE FACTEUR HAÏTI, le 28 Mars 2023._Au moins 40 migrants de différente nationalité sont morts dans la nuit du lundi 27 au Mardi 28 Mars 2023, au Mexique.

Ils ont perdu la vie suite à l’éclatement d’un incendie dans un centre où l’on accueille des Migrants, dans la ville de Juarez, à la frontière avec les États-Unis, ont annoncé les autorités du pays qui responsabilisent les occupants du camp dans le sinistre.

En plus des morts, plusieurs dizaines de personnes en sont été blessées (brûlées), ont regretté les dirigeants de l’Institut national des migrations (INM), précisant dans un communiqué que le nombre de morts et de blessés devrait être alourdi dans les prochaines heures.

Intervention des autorités locales dans le camp des Migrants/ Crédit Photo : Reuters

Cependant, des dizaines de corps sans vie ont été empilés les uns sur les autres avec des flammes en arrière-plan, en témoignent des images choquantes publiées par les médias locaux.

S’il est vrai que les autorités mexicaines ne sont pas encore en mesure d’identifier les victimes, la presse locale mentionne la présence de nombreux Vénézuéliens parmi les morts.

Des morts jonchent le sol / Crédit Photo : Reuters

Les médias du pays ont rapporté que le président Andrés Manuel Lopez Obrador affirme qu’il ( l’incendie) s’agit d’une révolte qui a mal tourné consécutif à l’arrestation suivie de la détention de 70 migrants au cours de la journée de lundi.

«Nous supposons qu’ils ont appris qu’ils allaient être expulsés, déplacés, et qu’en guise de protestation ils ont mis des matelas à la porte du centre d’accueil et y ont mis le feu, sans imaginer que cela allait provoquer ce terrible malheur», a déclaré le président mexicain lors d’une conférence de presse ce mardi sur le drame.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)