Accueil ACTUALITÉS

Nécrologie : Décès du journaliste haïtien, conteur et poète Wilner Altidor

761

Hospitalisé à Milot, Commune du Nord d’Haïti, depuis de cela plusieurs semaines, le journaliste haïtien, conteur et poète, Wilner Altidor est décédé le dimanche 21 Mai 2023. Il souffrait de l’insuffisance rénale, rapporte notre correspondant Jacques JEAN-CHARLES.

LE FACTEUR HAÏTI, le 21 Mai 2023._ Deuil au sein de la presse haïtienne suite au décès du journaliste conteur et poète Wilner Altidor dit « Rachid ».

Le journaliste qui avait des problèmes rénaux, n’a pas pu tenir le coup et il en est mort ce dimanche 21 Mai 2023. Il a rendu l’âme aux environs de 8H : 30 minutes du matin, à l’hôpital Sacré-Cœur de Milot, dans le Nord du pays où il a été admis en soins intensifs. C’est du moins ce que rapporte notre correspondant Jacques JEAN-CHARLES.

La nouvelle de la mort de Wilner Altidor a eu l’effet d’une bombe dans le secteur de la presse en général et dans l’esprit de ses nombreux fans du Nord et du Nord-est, départements au niveau desquels il a œuvré pendant des lustres, en particulier.

Le journaliste conteur est parti très jeune en laissant derrière lui une oeuvre énorme et enrichissante dans laquelle on trouve de textes très prisés et populaires tels : « Anwo lakay koze mande ti chèz ».

Dans ce beau texte mettant en valeur la culture et la conception paysannes, l’artiste a décrit la vie d’une jeune fille qui a quitté son village natal en quête d’une vie plus civilisée et plus épanouissante en ville.

Il est certain et legitime que la disparition de Wilner Altidor, humaniste qu’il était, va laisser un vide béant dans son domaine.

Wilner Altidor, c’était une belle plume, féconde et sensible. Et, la fécondité, la beauté et la sensibilité de sa plume n’était pas seulement à son service, mais également au service de tous ceux et toutes celles qui en avaient eue besoin.

Wilner Altidor, journaliste conteur de génie, a vécu une belle vie, une vie, à la fois simple et complexe au milieu des hommes, de la faune et de la flore. Car, m’a-t-il dit un jour : « JACKY, Mwen pa jounalis ki ka rete ni andedan yon estidyo radyo ni travay nan yon radyo lavil. Plas mwen se nan lari a ak nan mòn nan ». Fin de citation!

Son tour est malheureusement passé! Il a joué son rôle, rempli sa mission et, maintenant, il est parti. Que son âme repose en paix et que la terre lui soit légère!

Adieu, Rachid!

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)